Chapitre 5: Observée

Publié le par Castiel- Chloé fiction AS

Tous mes amis me regardaient avec de gros yeux. J’étais rouge de honte. Castiel, ce lâche, venait de m’abandonner me laissant seule à répondre à leurs, j’imagine, nombreuses questions. Mais, personne n’osait dire quoi que soit, ils devaient être encore sous le choc. Je tentai donc de manger une tartine, avec le peu d’appétit qu’il me restait, en espérant éviter l’interrogatoire. Malheureusement, ça ne fonctionna pas.
Rosa : … Oh mon Dieu. Tu nous dois des explications je crois.
Moi : Heu…. P-peut-être…
Annick : Bah raconte. Et depuis le début s’il te plaît.
Moi : B-bon bah Rosa m’avait demandé d’aller chercher Castiel…
Tous : Hum hum…
Moi : …. Oui donc voila. Alors j’ai mis mes écouteurs et je suis montée…
Tous : Hum hum !
Moi : …. Oui donc je suis montée et je suis rentrée dans la chambre mais je l’ai pas vu. A-alors j-j’ai ouvert une autre porte…
Tous : HUM HUM ?!
Moi : Oh c’est quoi ?!  Si vous arrêtez pas de me couper la parole, j’arrête ok ?!
Tous : Désolé.
Moi : Bien. Oui donc j’ai ouvert une autre porte et je l’ai vue en train de se doucher.
Les filles : Et alors ?! C’était comment ?!!
Moi : (Nan mais elles sont sérieuses la)… bah….. c’est des fesses quoi…
Les filles : Trop cool !!
Les mecs : HEEY !!
Leigh : Alors comme ça c’est cool hein (il croisa les bras pour montrer à sa petite-amie sa frustration) ?
Rosa : Mais non mon amour. C’est toi le seul et unique homme que j’aime et à qui je veux voir les musclés et magnifiques fesses
Leigh : Oui bon tu n’es pas obligé de les décrire à t…
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle lui sauta dessus et ils échangèrent un baiser passionné.
Chapitre 5: Observée
Comme ils sont mignons !! Je remarquai qu’en voyant nos deux tourtereaux, certains se jetèrent des regards timides. Il y a de l’amour dans l’air ! Je profitai de cette ambiance assez langoureuse pour filer. Je traversai le salon et sortis dans le jardin, j’avais besoin d’air. Je respirai profondément l’air frais et revigorant du matin. Je marchai un peu et allai m’assoir à l’ombre d’un arbre, car il faisait quand même assez chaud.
Je sortis mes écouteurs (toujours =D !), et fis passer mes chansons en mode aléatoire. Inconsciemment, je me mis à chanter, particulièrement sur Lucy de Skillet. J’adore cette chanson, elle est poignante car elle est triste sur un rythme rock. Tout en chantant, j’observai le paysage, la nature, et trouvait que la chanson collait à l’atmosphère actuelle.
… ?: Tes écouteurs te perdront
Je sursautai et me retournai d’un coup, surprise par cette irruption. Derrière moi se trouvait celui qui m’avait abandonné quelques minutes plus tôt.
Castiel : Oh, j’ai fais peur à miss rebelle (dit-il avec un sourire mesquin aux lèvres) ?
Moi : Nan tu m’a juste surprise. Oui donc tu disais quoi ?
Castiel : J’ai dis que tes écouteurs te perdront.
Moi : J’avoue. Je penserai à les enlever quand tu seras dans les parages.
Castiel : Mouais vaut mieux. Alors comme ça, la miss connait Skillet ?
Moi : Ouais, j’ai 14 chansons d’eux (dis-je d’un ton trop fier)
Castiel : Oulah, attention 14 chansons !! C’est un record !!
Moi : Oh ça va te fous pas de moi
Castiel : Nan mais j’étais obligé là. Sinon, je vois que t’as survécu à leur interrogatoire
Moi : Oui et c’est pas grâce à toi. Finalement, peut-être que t’es pas un vrai rebelle
Castiel : Ah bon ? Et pourquoi ça ?
Moi : Bah un vrai rebelle ne se défile pas
Castiel : Oh vraiment ?
Sur ces mots, il s’approcha très lentement. Moi je me reculai jusqu’à me retrouver contre l’arbre. Une fois qu’il fut près de moi, il se jeta sur moi et me pris en mode sac à patate.
Chapitre 5: Observée
Moi : KYYAAH ! Repose tout de suite espèce de maboule !
Castiel : Il en est hors de question.
C’est ainsi qu’il se mit en marche pour je ne sais où en me portant sur ses épaules. Au début, je me débattais en le tapant dans le dos, mais je n’étais pas en position de force. Alors je finis par arrêter, il finirait par me poser à un moment ou un autre.
Castiel : Allez bonne douche miss rebelle
Moi : Quoi, mais…
Avant que j’eus le temps de finir ma phrase, il me jeta et je tombai dans l’eau. J’étais congelée de la tête aux pieds. Je remontai à la surface et trouvai un Castiel plié en deux, en train de se tordre de rire.
Castiel : HAHAHAHA !!!!!
Moi : Pff, villageois.
Il me regarda et en voyant sa tâte, j’explosai de rire à mon tour, oubliant pendants quelques instants mon corps gelé. Il se joignit à moi, et nous rigolâmes ensemble de bon cœur.
Castiel : Haha, alors elle est bonne l’eau ?
Moi : Nanana. Allez aide-moi au moins à sortir de l’eau.
Castiel : OK j’arrive.
Il tendit sa main pour me faire sortir de l’eau, je la pris. Haha tombé dans le panneau. Dès que j’eus saisis sa main, je tirai de toutes mes forces, et il tomba à la renverse et vint me rejoindre dans la piscine de Rosa.
Moi : Hahaha !! Bah alors, on a perdu l’équilibre ?
Castiel : Oh ça tu vas me le payer
Et c’est sur cette terrible menace, qu’il commença à m’arroser et qu’il tenta de me couler. Nous nous amusâmes pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce que le froid nous rappelle à l’ordre et nous obliges à sortir de l’eau.
Moi : Je pense pas que ce soit une bonne idée de rentrer trempés comma ça, sinon je sens que Rosa va nous tuer.
Castiel : Ouais
Moi : Putin ce que j’ai froid.
Je commençai à grelotter sérieusement, et sans que puisse m’arrêter.
Castiel : Hey ça va ?
Mon ami s’approcha en me voyant trembler et me prit dans ses bras pour me réchauffer. Malgré le fait qu’il venait juste de sortir d’une eau glaciale, sa peau était incroyablement chaude. Je me réchauffai rapidement et mes tremblements cessèrent. Je voulus pour toujours rester dans la chaleur de ses bras, contre son torse et que cet instant dure éternellement. Au bout d’un moment, il me détacha délicatement de son étreinte.
Castiel : Ca va mieux ?
Moi : 0//0 O-oui merci
Il me sourit et me donna une petite pichenette sur la joue.
Castiel : Allé la miss on rentre, j’commence à me cailler.
J’acquiesçai de la tête et nous rentrâmes à l’intérieur. Je ne saurais l’expliquer, mais j’avais l’étrange sensation d’être épiée.
 
Fin PDV Chloé :
PDV … ?:
 
Tiens, mais ce ne serait pas notre petite nouvelle chez l’autre folle hystérique ? Et elle est avec… Castiel ?! Mais que font-ils ensemble ?  Ça ne sent pas bon du tout. Ils sont beaucoup trop proches. Mais ça ne durera pas très longtemps. Vite mon téléphone.
… ?: Allô Ambre….
 
Fin PDV … ?:
PDV Chloé :
 
Je m’affalai dans le canapé, vidée de toute énergie.
Castiel : C’est fou c’que t’es sexy (il me regarda d’un air désespéré)
Moi : Ouais je sais. Et puis c’est normal, je m’appelle Ambre.
Je commençai à faire voler mes cheveux comme dans les pubs (l’Oréal, parce que je le vaux bien), et à remuer les fesses dans le canapé pour imiter Ambre. Castiel se tordait de rire en me voyant me trémousser.
Castiel : HAHA excellent. N’empêche que j’ai  la belle vue.
Moi : Quoi ?
Je vis ses yeux loucher vers ma poitrine. Je suivis donc son regard et compris. Vu que mon tee-shirt était mouillé, on voyait tout mon soutien. Je pris un coussin et lui lança à la figure. Il l’attrapa en rigolant.
Moi : Pervers !! Et je te signal que moi aussi j’ai une vue plutôt pas mal.
En effet, le sien aussi était mouillé, donc je pouvais voir toutes les chaque lignes de ses muscles et chacune de ses côtes. C’était, je dois bien le dire, une vue à couper le souffle.
Castiel : Comment ça « plutôt pas mal » ? Tu veux dire une superbe vue.
Moi : Quelle modestie. Ça va t’a pas trop les chevilles qui enflent ?
Castiel : Non c’est niquel !
Guillaume : Vous avez pris une douche collective ?
Je me redressai sur mes coudes et vis Guillaume, adossé contre le mur, qui nous regardait avec un drôle de sourire.
Castiel : Ouais on a terminé ce qu’on avait commencé ce matin.
Guillaume : Tu me la prêteras la prochaine fois ?
Castiel : Ouais sinon on se fait un truc à trois, ça pourrait être sympa.
Moi : Nan mais vous avez pas bientôt finis tous les deux ?!
Je leurs lançai d’autres coussins à la tête pour qu’ils se taisent. Ils rigolèrent tous les deux.
Castiel : Bon, ça te dis une bière (il se tourna vers son compère) ?
Guillaume : Si c’est toi qui offre, c’est ok.
Castiel : Nan c’est Rosa qui offre.
Guillaume : Alors c’est parti !
Si c’est pas des alcolos les deux, je sais pas ce qu’ils sont alors. C’est ainsi qu’ils quittèrent le salon pour allers se siffler leur bière à la cuisine.
Moi pendant ce temps, je décidai d’aller prendre une bonne douche pour me réchauffer une fois pour toute. Je me rendis donc dans la salle de bain de la chambre en prenant bien soin de fermer la porte à clef. Ne commettons pas la même erreur deux fois. Je me déshabillai et entrai sous la douche. Le contact de l’eau sur ma peau gelée me procura un bien fou. Je crois que je suis restée un bon moment comme ça. Quand je sortis de la salle de bain, j’étais réchauffée, détendue, et de bonne humeur. C’est fou comment une douche peut changer votre humeur.
Je m’habillai rapidement et m’assis sur le lit. Je ne savais pas quoi faire, et je ne savais pas où était les autres. Tient, et si j’appelais Keycie ? Je sortis donc mon portable et composa le numéro de mon amie.
Conversation téléphonique :
*Keycie : Allô ?
Moi : Hey Keycie, it’s Chloé (salut Keycie, c’est Chloé)
Keycie : Hi ! How are you ? (Salut ! Comment vas-tu ?)
Moi : I’m fine and you ? (Je vais bien et toi ?)
Keycie : I’m fine too. I’m glad you call, it’s been a while. So, how is your new city ? (Je vais bien aussi. Je suis heureuse que tu appelles, ça faisait longtemps. Alors, comment est ta nouvelle ville ?)
Moi : Yeah ! Oh it’s a pretty city. I’ve got new friends, and my best friend lives here too. (Ouais ! Oh c’est une jolie ville. J’ai de nouveaux amis, et ma meilleure amie habite aussi ici.)
Keycie : It’s nice ! (C’est bien !)
Moi : And what about you ? What’s the news ? (Et pour toi ? Quelles sont les nouvelles ?)
Keycie : Oh, nothing. It’s the same since you’re gone. (Oh rien. C’est la même chose depuis que tu es partie).
Moi : Ok. I really hope you’ll come here for Christmas. But if you come, you’ll need learn French (Ok. J’espère vraiment que tu pourras venir ici pour Noël. Mais si tu viens tu auras besoin d’apprendre le Français.)
Keycie : Yeah I hope it too. I speak French a little bit. But if it’s necessary, I’ll learn more (Ouais je l’espère aussi. Je parle un peu Français. Mais si c’est nécessaire, j’apprendrais d’avantage.)
Moi : Ok. I have to leave. I’ll call you soon. (Ok. Je dois partir. Je t’appellerais bientôt)
Keycie : Sure. See you (Bien sur. À bientôt)
Moi : See you. (À bientôt.)*
Fin conversation téléphonique
Je raccrochai et posai mon téléphone. Parler avec mon amie d’Afrique du Sud m’a fais du bien. Cette fille me manquait terriblement. Tous nos délires me revenaient subitement en mémoire, me rendant le temps d’un instant nostalgique. J’espère vraiment qu’elle pourra venir pour Noël. Je décidai donc de ne pas trop m’attarder sur le sujet ou je risquai de perdre mon moral. Je descendis donc au salon retrouver mes amis.
Le reste de la journée se passa sans encombres et dans la bonne humeur. Puis il fut l’heure de rentrer. Le chemin du retour me permis de réfléchir, sur mes amis, les relations que j’entretenaient avec eux pour à la fin me rendre compte de la chance que j’avais de les avoir. En arrivant chez moi, j’étais vidée. Ma batterie interne était à plat, bien qu’il n’était que 18h30. Je mis rapidement mon pyjama et me couchai. Le marchand de sable passa rapidement, m’emmenant dans le monde des rêves.
 
TUUT   TUUT  TUUT
Moi : Hmmm, ho non !! Pas déjà !
Déjà lundi. Je déteste ce jour. Je sortis péniblement de mes couvertures, ignorant autant que cela fut possible les appels insistants de mon lit. Je me retournai donc vers lui, et lui fit une tyrade déchirante.
Moi : Nan je t’en pris, ne rends pas les choses plus difficiles (je pris une position théâtrale en mettant la main sur le front et tournant la tête, et l’autre ver le lit). Laisse moi partir, cela vaut mieux pour nous deux. J’aimerais rester, mais je ne peux pas. Mais je reviendrai, quoi qu’il m’en coûte.
Nan mais la meuf parle à son lit. Et oui, le matin, je me laisse aller à des scènes d’amour avec mon lit. Cette petite tragédie me fit rigoler, me donnant assez de courage pour commencer cette nouvelle journée d’école.
Je déjeunai, puis je fis ma toilette. Aujourd’hui, ce serait un look cool et un brin racaille.
Chapitre 5: Observée
Vu que j’étais en avance, je pris mon temps. Je sortis mes supers écouteurs et me mis à chanter et danser comme une dingue dans la rue sur On Est Pas Tout Seul de Gradur, et sur I’m In Love With The Coco. Ces chansons me font marrer, par les paroles et par le rythme. Beaucoup de gens me regardaient bizarrement en rigolant, mais je m’en foutais royalement. D’autant plus que je rigolais avec eux. S’il faut chanter et danser, autant la faire jusqu’au bout, quitte à passer pour une folle.
J’arrivai sans m’en rendre compte, rapidement au lycée. Quoi déjà ?! Oh et puis on s’en fout. Je continuais donc de chanter.
Moi : I’m in love with the coco. I got it for the low low. I’m in love with…
… ?: Your friends ?
Moi : Hein ?!
Je me retournai, et découvris Rosa les bras croisés, et derrière elle, la bande morte de rire.
Moi : Pourquoi vous rigolez tous ?
Louise : Cruche ! Tu nous as dépassé  sans t’en rendre compte.
Moi : Ah shit. Désoler.
Louise : Toi quand t’es à fond dans un truc t’es vraiment à fond.
Moi : Ouais ;)
Guillaume : Alors comme ça on veut jouer la racaille ?
Moi : Ouais. Je le suis certainement plus que toi.
Guillaume : Lol tu m’fais rire.
Moi : Ah ouais ?! (Je laissai tomber mon sac par terre et commencer à m’approcher de lui en prenant une démarche de mec) Je te prends quand tu veux et où tu veux.
Guillaume : Désolé, mais je me bats pas avec les minettes.
Moi : C’est qui que tu traite de minette ? (Je bousculai pour le provoquer)
Nous étions face à face. On se regardait dans les yeux, même si il avait presque une tête de plus que moi. Puis je lui donnai un coup de torse comme au football. Il recula et nous nous mîmes à rigoler.
Guillaume : Haha bravo. J’y aurais presque cru quand tu as laissé tomber ton sac.
Moi : Haha ouais.
Lysandre : Bon les délinquants c’est l’heure !
Moi : Ouais on est des délinquants, alors fais gaffe, qui sait ce qui pourrait arriver à ton déjeuner.
Lysandre : Oh non tout sauf ça!
On rigola tous et on se dirigea vers la salle de cours. C’était partit pour une heure de français. Nous nous installâmes dans la salle et le cours commença. Je remarquai soudain que mon voisin de table, Castiel, était absent. Il devait encore sécher, comme d’habitude.
Prof : Bon aujourd’hui je vais vous donnez un exercice que je ramasse à la fin de l’heure. Ce sera noté.
Ambre : On peut faire ça en groupe j’espère
Prof : Non, vous faites ça tout seul
Moi : ON EST PAS TOUT SEUL !!
Tout le monde se tourna vers moi en rigolant, surtout ceux qui connaissaient la chanson.
Prof : Melle Devis ?! Vous vous croyez où ?
Moi : Désolé Mme mais c’est juste que ce que vous avez dit m’a fait penser à une chanson, et j’étais obligé de le faire.
Prof : Oui et bien moi en attendant je suis obligé de vous demander d’aller vous calmer dehors.
Moi : Pff….ok
Je me levai et  sortis de la salle en trainant des pieds. Bon je l’ai bien cherché ça quand même, mais ça valait le coup de le faire. J’entendis un bruit, comme si quelque chose venait de taper contre un casier, dans un couloir adjacent. Discrètement, je m’approchai. En voyant la scène qui se tenait devant moi, je crus mourir.
Chapitre 5: Observée

_________________________________________________

Alors, qu'est ce que Chloé à bien pu voir pour que ça la chamboule antant? Vous le saurez dans le prochain chapitre.

Je poste le prochain à partir de 2 coms.

Lachez vous si vous voulez connaître la suite de l'histoire.

Publié dans Saison 1

Commenter cet article

Alexis 14/06/2015 15:40

C'est trop top ce que tu fais continu !

Castiel- Chloé fiction AS 14/06/2015 15:45

Merci beaucoup

Nicky 07/06/2015 17:55

2ème com

Castiel- Chloé fiction AS 07/06/2015 18:00

Merci beaucoup ;)

Nicky 07/06/2015 17:55

1 er com