Chapitre 14: Le bien triomphe toujours...

Publié le par Castiel- Chloé fiction AS

Début discussion téléphonique
*Moi : Allo Rosa ?
Rosa : Chérie, j’ai un plan !*
Je faillis m’étouffer. C’était la meilleure nouvelle de la journée
*Moi : Vas y dis.
Rosa : Trop long à expliquer. Viens chez moi, j’ai déjà prévenu Lys et Nath, ils arrivent
Moi : Ok je vous rejoins*
Fin discussion téléphonique
Yeah, on dirait bien que les choses s’arrangent ! Allez let’s go. Je bus mon chocolat aussi vite que possible. Je me brûlai au passage. Shit ça fait mal ! Bon aller pas le temps de trainer. J’enfilai mon blouson et enfourchai ma moto en 4e vitesse. Je mis le turbo et arrivai chez Rosa en 5 min. Heureusement qu’il n’y avait pas beaucoup de monde. Je sonnai et rentrai.
Rosa : Ba dis donc, t’a fait vite.
Moi : Ouais, j’ai speader.
Rosa : Bon vas-y rentre, ils sont déjà là.
Nous nous allâmes au salon, où les 2 garçons étaient assis sur le canapé, à boire une boisson.
Rosa : Tu veux un truc ?
Moi : Un grand verre d’eau steu plait.
Je m’affalai sur le fauteuil qui fit un grand POUF sous moi.
Lysandre : Chloé, l’élégance et la grâce incarnée ^^
Moi : Ah ba oui qu’est ce que tu crois. Je suis une princesse moi.
Nathaniel : Princesse du royaume sauvage oui x)
Moi : … exactement. Et si continue de m’enquiquiner, j’enverrais mes cannibales du corps te régler ton compte.
Rosa revint à ce moment avec mon verre que je descendis d’un coup.
Moi : Haa, ça fait un bien fou
Rosa : Bon maintenant passons aux choses sérieuses. On va d’abord faire le point. On sait que Debrah veut nous prendre Castiel (c’est Nath qui lui a dit hein, elle est pas voyante hein XD) pour remonter sa cote. On sait aussi qu’elle a Capu comme amie. Et le plus important, elle est très futée. Alors en premier lieu, il faudra maitriser son toutou pour avoir le champ libre. Mais ça, ça devrait pas être très compliqué. C’est pour la suite que ça se corse. Alors voilà ce qu’on va faire…
 
Aujourd’hui, c’était le grand jour. Ce serait soit une réussite totale, soit un flop monumental. Nous n’avions pas le droit à l’erreur. Moi et mes amis nous séparâmes pour faire ce que nous avions à faire. 3…2…1…0… c’est parti pour Mission Impossible.
Je me posai sur un banc et écrivis une lettre anonyme à l’intention de notre chère et tendre Debrah.
 
« Cela fait trop longtemps que je garde mes sentiments pour moi, je me dois de te les avouer. Retrouve-moi à midi en salle des délégués.
N. »
 
Voilà ça c’est fait. J’espère qu’elle mordra à l’hameçon. Je pliai la lettre et me rendis dans le lycée, en direction des casiers. Discrètement, je fis passer par un interstice la lettre dans le casier de Debrah. Pour l’instant tout marche comme sur des roulettes. Je vérifiai que personne ne m’ai vu, et allai devant la salle de cours.
Moi : Alors ?
Lysandre : Personne ne nous a vus.
Rosa : Elle sera à midi à attendre son amoureux mystérieux. Et de ton côté Nath ?
Nath : Je me suis débrouillé pour avoir la salle des délégués de libre pour 15min.
Lysandre : Et toi Chloé ?
Moi : La lettre est dans son casier.
Rosa : Génial. Pour l’instant tout se passe comme sur des roulettes. Il ne reste plus qu’à attendre l’heure.
Nath : J’avoue quand même que l’idée de me retrouver seul avec Debrah ne m’enchante pas. La première fois ne s’est pas tellement bien passée.
Moi : Tu sais bien qu’on n’a pas le choix. Si c’est toi, elle se méfiera moins. Elle s’est déjà servie de toi une fois, alors je suis sure qu’elle voudra recommencer.
Nath : Je sais.
Nous rentrâmes en cours et firent comme si de rien était. Castiel était toujours à côté de moi, mais m’ignorait royalement. Allez, c’est bientôt la fin. Du moins je l’espérais. La matinée me parut interminable tant j’étais impatiente et stressée de ce qui nous attendait par la suite. J’avais vraiment peur de me tromper, même si, je n’avais pas grand-chose à faire. Moi je devais m’assurer que tout se passait sans embûches. Ou du moins, le moins possible.
 
11h55
Mon téléphone vibra dans ma poche. Un message de Rosa.
« Le capucin est dans sa cage »
C’était le signal. J’envoyais à mon tour un message à Nathaniel.
« Toutou dans sa niche. Le maître ne devrait pas tarder. Bonne chance »
Et voilà, le compte à rebours est lancé. C’est le moment de passer à l’action !
 
Fin PDV Chloé :
PDV Nathaniel :
 
« Toutou dans sa niche. Le maître ne devrait pas tarder. Bonne chance »
Ça y est, ça va être à moi de jouer. Bon, restons naturel. Tu ne t’attends pas à ce qu’elle vienne, tu n’as pas connaissance de cette lettre, tu n’es pas gêné. Et surtout, je ne dois pas oublié d’appuyer sur l’enregistreur. Et oui très peu de gens le savent, mais dans la salle de délégués, il y a un enregistreur et un haut-parleur. Parfois les annonces des profs se font depuis ici. Et étant le délégué principal, j’en avais connaissance.
En attendant l’arrivée de Debrah, je rangeai les quelques dossiers qui trainaient, histoire d’avoir l’air crédible quand elle rentrera dans la salle, mais aussi pour m’occuper l’esprit. Oui, car l’idée de me retrouver seul avec elle ne me rassurait pas. C’était dans cette même pièce dans il y a un an que tout  à dérapé. Et savoir que nous serions là tous les deux me rappelait ce mauvais souvenir.
12h
La porte s’ouvrit. Et bien on peut dire qu’elle est ponctuelle. Ça doit bien être sa seule qualité.  Je me retournai l’air surpris.
Moi : Qu’est-ce que tu fous là ?
Debrah : Oh et bien c’est toi qui m’as donné rendez-vous ici je crois.
Moi : Et bien tu crois mal
Je me retournai et repris mon rangement. J’appuyai discrètement sur le bouton d’enregistrement.
Debrah : Je vois que tu es toujours aussi coincé. Pourtant tu t’étais lâché la dernière fois qu’on s’est vu.
Je sentis une main me caresser le dos. Brr, horrible. Venant de quelqu’un d’autre, ça aurait pu être agréable, mais venant d’elle c’était répugnant. Je me retournai et enlevai sa main.
Moi : Tu veux dire quand tu t’es jeté sur moi pour acheter mon silence ?
Debrah : Mmm oui. Après tout tu es plutôt mignon. Et je sais que je t’ai toujours plu, et encore maintenant si j’en crois ta lettre
Moi : Je n’ai écris aucune lettre
Debrah : Pourtant c’est signé N
Moi : Je ne suis pas le seul à avoir un prénom commençant par la lettre N. Bien tenté tu ne m’auras pas cette fois.
Debrah : Ma fois, c’est vrai que tu as toujours été le moins stupide de tous. Mais ça ne t’a pas toujours sauvé n’est-ce pas ? Je pense en particulier à l’année dernière. Sur ce coup là, ça m’a vraiment sauvé la mise que Castiel te prenne comme fautif. Ce doit bien le plus crétin de tout ce lycée. Il suffit de lui promettre un espoir de carrière et monsieur se traîne à vos pieds.
Moi : À t’entendre on dirait que tu ne l’as jamais aimé
Debrah : Seulement en tant que musicien. Parce qu’en lui-même, c’est pas mon style. Je les préfère plus… célèbre
Moi : T’as vraiment aucun scrupule ?
Debrah : Non aucun. Mais il apprendra bien assez tôt que dans ce milieu il ne faut faire confiance à personne.
Moi : Mais pourquoi mêler les autres à cette histoire ?
Debrah : Tu me sembles bien curieux. Pourquoi tant de quest… attend…
Zut, je crois que j’ai été trop gourmand à poser autant de questions, elle a l’air sur ses gardes maintenant. Tout à coup, elle me poussa sur le côté. Merde, elle a vu le voyant. Elle regarda affolée le bouton rouge allumé, puis me regarda.
Debrah : M-mais… comment ?
Moi : Alors quel effet ça fait ?
Debrah : Nan c’est pas possible. Jamais tu n’aurais pu imaginer un plan pareil… oh la pute !
Soudain, elle dit demi-tour et sortis en courant de la salle. Holalala ça ne s’est pas du tout passé comme prévu. J’appuyai vite sur quelques boutons afin de faire passer l’enregistrement sur les haut-parleurs pour que tout le lycée l’entende. Bon ça c’est fait. Ensuite, je sortis mon téléphone et appelai Chloé. Allez, décroche, décroche. « Votre correspondant est injoignable pour l’instant. Veuillez lai… » Merde. Il faut que je la retrouve avant Debrah.
 
Fin PDV Nathaniel
PDV Chloé :
 
Ça y est Debrah est entrée dans la salle des délégués ! J’espère qu’elle va mordre à l’hameçon. Je restais là, à surveiller que personne ne veuille rentrer dans la salle. Et j’ai bien fait des rester, car je vis Mélodie s’approcher. J’accourus vers elle.
Moi : Hey, salut Mélo !
Mélodie : Salut !
Moi : Ça va ?
Mélodie : Oui et toi ?
Moi : Très bien. Dis-moi, où vas-tu comme ça ?
Mélodie : Je pensais aller aider Nath en salle des délégués.
Moi : Oh en parlant de ça, je suis désolé mais il est occupé. Il est avec un prof, et ils ne doivent pas être dérangés. Il voulait te prévenir mais il en pas eu le temps.
Mélodie : Ha… ba… je repasserai plus tard alors. Merci
Moi : Je t’en prie.
Elle fit demi-tour l’air un peu dépité. Bon, on a eu chaud sur ce coup là. Je décidai d’aller attendre dans la cour, pensant que personne d’autre ne voudrait se rendre en salle des délégués. Je m’y rendis sans me presser. Quand j’arrivais près d’un banc, il y eu une annonce aux haut-parleurs. Et ce message n’était autre que la discussion entre Nath  et Debrah. Et bien on dirait que ça a marché. Sauf que j’avais encore une fois pensé trop vite. Sans que je comprenne quoi  que ce soit, on m’attrapa par les cheveux pour me retourner, et je reçus un poing dans la figure. En passant la main sur mon visage, je vis que je saignais du nez. Putain, c’est qui ce taré. En levant la tête, je vis Debrah hyper méga supra énervé. Aaahhh, tout s’explique.
Moi : Ravie de te voir aussi
Debrah : Je t’avais dis de pas te mettre en travers de ma route
Moi : Et t’as vraiment cru que j’allais t’obéir ? Laisse-moi rire, même un chien t’obéirait pas
Et bam deuxième droite. Cette fois je crachai un petit peu de sang. Bon, je n’aime pas me battre mais là j’ai pas tellement choix, il faut que je me défende.
Debrah : T’es qu’une pauvre cruche, tu as vraiment cru que tu allais me faire peur avec ce plan à la con ?
Moi : Ba… oui. Et je pense que j’ai réussi car tu vois tout le lycée entend cette annonce, y compris Castiel, alors ça m’étonnerait qu’il veuille te suivre maintenant.
Mon ennemie poussa un grand cri de rage et se jeta sur moi. Je n’eus le temps de me décaler. Je tombais par terre, elle au dessus de moi. Elle enchaina des coups, que je ne pouvais qu’encaisser. Ah non, ça ne se passera pas comme ça. Au bout d’un moment, je lui mis un grand coup de genou dans le ventre. Cela la déconcentra, et je pus prendre le dessus. Et cette fois, c’est elle qui reçu quelques coups. Je finis par m’arrêter, car je ne voulais pas me battre. Je me relevai, avec quelques difficultés. Je remarquai qu’un cercle c’était formé autour de nous et que de nombreux élèves assistaient à la baston en criant de joie. 
Chapitre 14: Le bien triomphe toujours...
On se croirait dans un combat de gladiateurs. Debrah, se releva elle aussi, son sourire méchant sur son visage. Nous nous mîmes alors à nous tourner autour.
Debrah : Haha, tu te défends bien pour une sainte-ni-touche.
Moi : Merci. Par contre je m’attendais à mieux de ton côté
Debrah : Oh mais ne t’inquiète pas, ce n’est que le début je n’en pas encore finis. Mais je ne compte pas trop t’amocher. Tu es celle qui m’a tenu tête le plus longtemps, ça mérite d’être récompensé. Tous les autres ne sont que des crétins sans cervelles tellement faciles à manipuler que ça en devient lassant. Alors que toi, je pendrais un réel plaisir à te voir tomber.
Moi : Ta chute sera plus vertigineuse que la mienne. Tu viens de révéler ta vraie nature devant tout le monde.
Debrah : Et alors ? Je m’en contrefiche. Personne ici ne compte pour moi, ce n’est qu’un lycée d’idiots. Et j’arriverai à me débrouiller sans Castiel. Maintenant finissons en.
Et elle se jeta de nouveau sur moi. Mais cette fois, j’eus la réflexe de me décaler, et je lui fis au passage un croche-pied. Debrah s’étala dans la poussière. Je crus avoir gagné mais elle me tira par le pied et je tombai par terre à mon tour. Je me retrouvai encore une fois sous elle. Elle leva le poing, prête à me frapper, quand quelqu’un l’arrêta en lui saisissant le poignet. Elle se retourna, pour voir qui avait osé s’interposer.
Debrah : Castiel ?
Castiel : La partie est finit
Il la tira par le bras pour qu’elle se relève, avant de la pousser hors du cercle.
Castiel : Allez dégage, t’as plus rien à faire ici
Elle se retourna et le dévisagea, méchamment. Puis contre toute attente, Debrah se mit à rire. Un rire fou et mesquin.
Debrah : Tu te trompes chaton, la partie ne fait que commencer. Et tu le sauras bien assez vite
Sur ce elle s’en alla, en continuant de rire. Ouf, enfin elle partait. Enfin je pus respirer et… me rendre compte que mon visage me faisait affreusement mal. On aurait dit qu’une moto venait de me rouler dessus. Je vis une main tendue vers moi. Je la saisis et on m’aida à me relever.
Lysandre : Tout va bien ?
Moi : Génial, j’ai jamais autant pété la forme
Nathaniel : Je suis vraiment désolé, j’ai pas réagis tout de suite quand Debrah est partie en courant de la salle, et je savais pas où vous pouviez être.
Moi : C’est pas grave, c’est pas ta faute. Le plus important, c’est que l’enregistrement soit passé.
Rosa : Viens, on va aller te nettoyer
Je partis avec Rosa en direction des toilettes. Quand je vis mon reflet dans le miroir, je crus voir Yoshi croisé du bossu de notre dame. J’étais vraiment affreuse. J’avais la bouche en sang, le nez surement cassé et l’arcade ouverte. Je voulus passer ma main sur mon visage mais je l’enlevai rapidement.
Moi : Rosa ?
Rosa : Oui ?
Moi : Tu crois que si je demande à un mec de sortir avec moi il va dire oui ?
Nous rigolâmes toutes les deux, car la réponse était évidemment non. Même un aveugle n’aurait pas voulu de moi. Je m’arrêtai de rire rapidement car même ça me faisait mal.
Rosa : Allez, passons aux choses sérieuses maintenant
Mon amie pris du papier toilette qu’elle humidifia avant de me le passer sur le visage. Chien ça brûle! Je serrais les dents. Quand elle eut finis, j’étais… toujours aussi horrible, mais ça allait beaucoup mieux. Je ressemblais maintenant juste à Yoshi.
Rosa : Au moins maintenant, Debrah est partie
Moi : Ouais. Mais à ton avis, elle voulait dire quoi quand elle disait que la partie ne faisait que commencer ?
Rosa : Je sais pas. Je pense qu’elle a dit ça pour nous faire peur. On ne devrait pas s’en inquiéter
Je n’étais pas d’accord avec Rosa. Debrah n’était pas du genre à bluffer, et cette menace m’inquiétait. Mais, je m’y attarderait plus tard. Soudain, la porte des toilettes s’ouvrit, pour laisser place à Louise et Annick.
Louise : On est vraiment vraiment désolé. On t’a pas cru et c’est impardonnable mais on la connaissait depuis tellement longtemps qu’on la pensait pas capable de faire ça. Est-ce que tu veux bien nous pardonner ? 
Je restai un instant la bouche ouverte sans rien dire. Elle avait déballé tout ça si rapidement que mon cerveau mit du temps à analyser la situation. Quand enfin j’eus compris, je lui souris
Moi : Mais bien sur, je comprends que ça pas du être facile. Allez on oublie tout okay ?
Louise se jeta dans mes bras et me serra de toutes ses forces. Quand nous nous séparâmes, Annick, elle, était toujours en retrait la tête baissée. Elle devait s’en vouloir de ne pas m’avoir cru alors que nous étions meilleures amies. Pour lui montrer que je ne lui en voulais pas non plus, je m’approchai d’elle et la pris dans mes bras. Elle fut surprise, mais me rendit mon étreinte. Enfin, tout était rentré dans l’ordre. Enfin… pas tout à fait. Il me restait une dernière chose à faire.
Rosa : Oh merde, j’ai oublié quelque chose !
Elle se dirigea en courant vers une des cabines, bloquée avec une chaise. Elle l’enleva et la porte s’ouvrit.
Rosa : Bon, ba il y en a une qui roupille bien
En m’approchant, je vis Capucine endormit, assise sur la cuvette. Ah oui c’est vrai, qu’elle avait du l’enfermé. 
Moi : Bon les filles, je vous laisse, j’ai un dernier truc à régler. Bon weekend
Toutes : Merci à toi aussi
Je sortis des toilettes et me posa. Bon, alors réfléchissons. Où peut-il bien être ? Je retournais dans la cours, là où il y avait eu la bagarre. Les élèves s’étaient dispersés, et celui que je cherchais aussi. Je fis alors demi-tour. Allons sur le toit, il doit surement s’y trouver. Mais à ma grande surprise, il n’y était pas. S’il n’est pas sur le toit, c’est que ça ne va vraiment pas. Et bien il ne me reste plus qu’à faire tous les couloirs je suppose. Et c’est partie pour une énième visite du lycée. Je vais finir par le connaitre par cœur les yeux fermés si ça continu. Je ne le trouvais tellement pas, que je me mis à chercher dans des endroits où il n’irait jamais, comme la bibliothèque, la salle des délégués, les salles des perms, le self. Toujours rien. Et s’il arrête pas de se déplacer aussi, c’est sur que je le trouverais jamais. Soudain je m’arrêtai, une idée m’ayant traversé l’esprit. Et s’il était rentré ? Ça expliquerait pourquoi il restait introuvable. Bon, un dernier tour, et si je ne trouve toujours pas, je rentre. Je refis donc un tour, mais sans succès. Et bien, je n’ai plus qu’à rentrer on dirait et puis qui sait, il est peut-être chez lui. Je m’apprêtai à partir quand j’aperçus une tignasse rouge tourner dans un autre couloir. Ah c’est lui. Je courus à sa poursuite et le rattrapa.
Moi : Castiel, attends !
Il se retourna vers moi. Quand je vis son visage, j’eus un pincement au cœur. Ses yeux étaient tristes, et il semblait blessé.
Castiel : Laisse-moi. Je veux être seul
Je fis comme si je n’avais rien entendu et le serra dans mes bras.
Chapitre 14: Le bien triomphe toujours...
Moi : Je ne t’ai jamais écouté, ce n’est pas aujourd’hui que je vais commencer. Et puis tu ne devrais pas rester seul dans un moment pareil
On resta dans cette position une bonne minute. Je n’avais pas envie de le lâcher, je ne voulais pas qu’il parte et qu’il soit malheureux. Et puis… j’étais bien là. C’était comme un gros coussin bien moelleux, confortable… Mais malheureusement, il y a une fin à toute chose. Lentement, il se défit de mon emprise et s’en alla, sans que j’ai pu faire quoi que ce soit. Je me sentais impuissante. Mais surement avait-il besoin de digérer ce qu’il venait d’apprendre seul. Après tout, il venait de découvrir que son ex s’était servie de lui et qu’elle ne l’avait jamais aimé. Je rentrai donc chez moi, car ça ne servirait à rien d’insister. J’espérais juste qu’il reviendrait la semaine prochaine en meilleur état.
Sur le chemin du retour, je croisais un garçon surement dans la même tranche d’âge que moi. Il semblait un peu perdu. Je m’approchai de lui.
Moi : Hey, je peux t’aider ?
Il se retourna vers moi visiblement un peu surpris
Garçon : Heuu… oui je veux bien. Je cherche le lycée Sweet Amoris
Moi : C’est par là, dans cette grande rue (je lui montrais du doigt la rue par où je venais d’arriver). Il se situe au bout sur la droite, tu peux pas le louper
Garçon : Merci beaucoup ^^ ça fait une heure que je tourne en rond. Je suis nouveau en ville alors je suis un peu perdu. Surtout que c’est quand même grand.
Moi : Oui je comprends. Donc tu vas t’inscrire au lycée ?
Garçon : Oui pour environ un mois
Moi : Ah je vois. En quelle classe ?
Garçon : Terminale. Et toi t’es en quelle classe ?
Moi : 1ère S
Garçon : Ah oui et au fait, je m’appelle Ben
Chapitre 14: Le bien triomphe toujours...
Moi : Enchantée, moi c’est Chloé. Bon, je dois te laisser. Je te dis à lundi si on se croise
Ben : Ça marche. Et encore merci
Moi : Je t’en prie
Je lui fis au revoir de la main, et repris ma route. Il est sympa ce Ben, et mignon qui plus est. Peut-être un nouveau pote. J’espère le recroiser.
Le soir dans mon lit, je fis le point sur cette journée. Notre plan a plus ou moins bien fonctionné, mais Debrah s’en est allé. Ensuite, Castiel doit encaisser le choc, et je pense que ce sera ça le plus compliqué. Mais autre chose me trottait en tête. La phrase qu’avait dite Debrah avant de partir m’inquiétait : « La partie ne fait que commencer. Et tu le sauras bien assez vite ». Ça ne laissait rien présager de bon. Et au fond de moi, je savais qu’un de ces jours, nous serions amenés à revoir Debrah. 
 
__________________________________________________
Voilà le chapitre 14. j'espère qu'il vous a plu.
C'est la fin du calvaire. Mais comment va Castiel? Vous le saurez dans le chapitre 14 bonus: Dans les yeux de Castiel  que je posterais surement dimanche.
Bisous <3 
 

Publié dans Saison 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CorA 08/11/2015 11:06

La suiiiiite :) pour quelle heure ?

Castiel- Chloé fiction AS 08/11/2015 18:24

Suite postée ;)

Lilou 07/11/2015 22:48

Jdr ta fic ! Trop hâte de lire la suite !!!!!!!

Castiel- Chloé fiction AS 08/11/2015 16:11

Merci ! ^^

Irène 05/11/2015 22:08

Mais dimanche c'est encore loiiiiiiiinnnnn :'( trop de méchanceté :') ♥

Castiel- Chloé fiction AS 06/11/2015 20:59

Ça va aller x) ♥

K-rine 04/11/2015 12:09

Génial !! Tu compte faire combien de saisons? J'espère plein :)

Castiel- Chloé fiction AS 04/11/2015 14:42

Merci ^^ Je pense en faire 4 ;) j'espère que ça te conviendra x)

Flo' 03/11/2015 22:02

C'est une super bonne idée le point de vue de castiel et je tien a dire que ce chapitre est très bien mais un peu trop "facile" à mon goût ;)

Castiel- Chloé fiction AS 04/11/2015 14:41

Merci. Mais je tiens à dire qu'il sera assez court. Ah d'accord, j'essaierai de mettre plus d'actions alors la prochaine fois ;)

Colleen 03/11/2015 22:01

Super! Viiiiite la suite ! Pour dimanche la suite ?

Castiel- Chloé fiction AS 04/11/2015 14:40

Merci! Oui normalement ;)

Aurore 02/11/2015 23:19

Super chapitre ! Ha...Ben..je sens qu'il va etre interressant celui la X) ! En tout cas hate de voir comment reagit Castiel apres tous ca !

Castiel- Chloé fiction AS 03/11/2015 15:44

Merci ^^ C'est sur qu'on a pas souvent l'avis de notre rouquin préféré, alors pour une fois x)

Clodia 02/11/2015 22:03

Bravo! J'aime ^^

Castiel- Chloé fiction AS 03/11/2015 15:43

Merci ^^

Lulu 02/11/2015 17:36

Bravo c'est super ! J'ai éclaté de rire quand j'ai vu comment tu a écrit PQ :')

Castiel- Chloé fiction AS 02/11/2015 18:15

Merci. Haha ba quoi ;) le principal c'est que tu aies compris XD