Chapitre 21: Pardonne-moi

Publié le par Castiel- Chloé fiction AS

PDV Chloé :
 
Non mais je rêve. Il me dit clairement qu’il n’avait pas confiance en moi, qu’il est allé vérifier mes propos avec Anaïs, mais seulement sous la menace. Je ne sais pas s’il se rendait compte à quel point s’était vexant. S’il croyait qu’on allait redevenir pote comme avant en un clin d’œil, il se trompait lourdement.
Moi : Et bien tu sais quoi, non je veux pas tout laisser tomber. La prochaine fois que je serais pas là pour un truc, tu vas faire quoi ? Tu vas encore m’en vouloir et me traiter comme une chienne jusqu’à ce que Lysandre te force à arrêter ? Non merci. Et puis tiens en parlant de ça, tu m’as dit que c’était Lys, qui t’avait forcé à aller voir Anaïs ? Ça veut dire que s’il ne t’avait rien dit, tu n’y serais jamais allé n’est-ce pas ?
Castiel : Ba moi je la connaissais pas avant cette infirmière avant alors je…
Moi : Tu vois, cette fois c’est toi qui cherches des excuses ! Bien sur que non tu n’y serais jamais allé, en même temps, qu’est-ce que c’est drôle de jouer avec une ancienne amie, la rabaisser, la traiter de moins que rien hein !
Castiel : Mais non pas du tout !
Moi : Ba alors pourquoi tu le faisais alors ?
Castiel : Je devais passer ma colère sur quelqu’un, et puis je voulais te montrer ce que ça faisait de souffrir.
Moi : PARCE QUE TU PENSES QUE MOI J’AI PAS SOUFERT PEUT-ÊTRE ?!!
La tension commençait à monter. Je voyais que Castiel commençait aussi à s’énerver. Je sentais que cette histoire aller mal finir, mais je ne pouvais pas contenir ce que j’avais à dire plus longtemps.
Moi : Oui tu as souffert en apprenant que ton ex te manipulait depuis le début. Oui tu as du beaucoup souffrir quand elle te retenait. Puis je comprends que tu te sois senti blessé quand je n’étais pas là, mais pour l’amour du ciel, arrête de ne regarder que ton petit nombril ! Tu n’es pas tout seul ! Certes tu as été de ceux qui ont été le plus touché, mais ça ne te donne pas tout les droits !
Castiel : Merci, c’est trop gentil de me donner ton autorisation d’avoir mal. Mais, dis moi qui d’autre à souffert plus que moi ?
Moi : Plus je ne sais pas, mais tu n’as pas été le seul. Tout le mon de a été touché. Louise, Guillaume, Annick, ils étaient aussi amis avec Debrah. Ensuite, Lysandre, quand tu as été enlevé, il était complètement anéanti.
Castiel : Oui eux je sais. Mais toi dans tout ça, rien ne t’a vraiment affligé !
Moi : Quoi ?!
Je n’en croyais pas mes oreilles. Moi, je n’avais rien éprouvé ? Alors là tu vas trop loin mon coco. Je m’approchai de lui, d’un air menaçant.
Moi : Tu te fous de moi là ?! Qui a réglé ton problème avec Debrah ? Qui t’a empêché de te faire avoir une deuxième fois ? Qui s’est mis ses amis, et tout le lycée à dos pour toi ? Qui a découvert que tu avais disparu ? Qui a remué ciel et terre pour te retrouver ? Qui a programmé une mission commando pour te délivrer ? Qui s’est battu et à presque faillit mourir ? Qui est resté chaque jour à ton chevet ? Hein ? Qui, a fait toutes ces choses ?!
À chaque argument que je venais de citer, je lui donner un petit coup dans la poitrine, le faisant reculer à chaque fois. On dirait que tout ce que j’avais fait pour lui, s’était volatilisé et que plus rien ne comptait. Castiel, me regardait, mais ne répondait toujours pas.
Moi : Allez, réponds, dis moi qui a fais tout ça ?!
Je le vis grincer des dents, comme si ça lui faisait de la peine d’admettre cette réalité.
Castiel : Toi…
Moi : Merci. Et qu’ais-je obtenu en échange ? RIEN ! Jamais, tu ne m’as remercié, jamais tu ne m’as fait comprendre tu étais reconnaissant ! Rien ! Et tu sais quel effet ça fait ? On se sent comme utilisé, comme si ce qu’on venait de faire ne comptait pas  pour cette personne, comme ce n’était que du vent. Mais je te le demande, as-tu, rien qu’une fois, pensé à ce que j’ai pu ressentir ? Rien qu’une seule fois ? Non je suis pas sure. Enfin, non, j’en suis sure plutôt. En fait c’est quoi ton problème ? Tu t’es pris pour une divinité, donc à quoi bon, remercier les autres petits qui sont sous mon pouvoir ? Hein, de toutes les façons, je suis supérieur à eux ! Et puis, je n’ai besoin de personne ! Je suis tellement…
Castiel : STOP !!!
Moi : Et pourquoi je m’arrêterais ?! Donne-moi une seule bonne raison d’arrêter. Mieux encore, donne-moi une bonne raison de te pardonner.
Castiel : Mais justement, je n’ai aucune raison valable ! C’est bien ça le problème ! J’ai agis comme un con de A à Z.
Moi : Mais qu’est-ce que tu fous là alors ?!
Castiel : Mais j’en sais rien ! Je me suis rendu compte que j’ai fait une connerie, mais le truc, c’est qu’on m’a forcé à m’en rendre compte, c’est ça le pire, ce qui rend mes excuses inacceptables. Mais je sais pas, je veux récupérer le coup.
Moi : Et tu veux que je prenne ça comment moi ? Ce que tu viens de dire, en fait ça veut dire que je ne compte pas vraiment pour toi. Alors si c’est ça, c’est même pas la peine que je te pardonne si c’est pour que tu recommences. Allez dégage de chez moi.
Je reculai, et partis en direction du canapé. J’étais super en colère, mais aussi super triste. Il n’avait vérifié mes propos que parce qu’on l’y avait forcé. J’avais l’impression de n’être qu’une distraction à ses yeux.
Castiel : Chloé atte…ARGH !!
Soudain, Castiel lâcha un hurlement de douleur. Je me retournai et le vis se plier en deux en se tenant les cotes, une grimace de douleur sur le visage.
Moi : Castiel ! Ça va pas ?
Castiel : S-si si c’est bon
Moi : Tu m’en diras tant.
Je me dirigeai vers lui et l’aidai à marcher jusqu’ai canapé ou je l’aidai à s’assoir.
Moi : Attends là je reviens.
Castiel : Je risque pas d’aller bien loin de toute manière
Mmm, pas faux. Je me dépêchai de monter à l’étage chercher ma trousse de secours, avant de revenir au salon.
Castiel : Donne c’est bon je vais le faire.
Moi : Mais oui bien sur. Enlève ton tee-shirt.
Castiel : Oula pas si vite jeune fille, on n’en est même pas au premier rencard. 
Et c’était repartit pour les bonnes vieilles blagues. J’aurais bien ris avec lui, si les circonstances le permettaient.
Moi : Fais le ou c’est moi qui le fais.
Castiel : Ba si tu veux, je peux à peine lever les bras, donc enlever mon tee-shirt tout seul ça va pas être du gâteau.
Moi : D’accord j’ai compris. Lève les bras je vais t’aider.
Maintenant, je joue les infirmières. De mieux en mieux. Après ce sera quoi ? Agent de police ? Enfin… il leva avec difficulté ses bras. Je relevai son tee-shirt et l’enlevai. C’était une situation quand même assez…étrange je dois dire. Cela me fit tout de même sourire.
Castiel : Qu’est-ce qui te faire sourire ?
Moi : Hein ? Oh rien 
Merde, il faut que je me retienne un minimum. Une fois que cela fut fait, je sortis de la pommade de la trousse.
Castiel : Je peux au moins faire ça non ?
Moi : Non
J’en mis dans ma main avant de l’étaler sur les flancs du rouquin. Quand mes mains touchèrent sa peau, il eut comme un sursaut, des frissons.
Moi : Oh, je t’ai fais mal ?
Castiel : N-nan nan, c’est…juste froid c’est tout.
Il eut l’air de rougir un peu. Ou bien ce sont mes yeux. Une question, en rapport avec la situation me vint à l’esprit.
Moi : Comment tu t’es fait ça ?
Castiel : Disons que j’ai repris les bonnes vieilles habitudes. Je me suis battu avec boy scout
Moi : Encore. C’était quoi le problème cette fois.
Castiel : Toi. Monsieur n’aimait pas ce que je te faisais. Il m’a énervé alors on a commencé à se battre dans les vestiaires. En fait à la base, c’est lui qui m’a dit d’aller à l’hôpital.
Moi : Et tu l’as écouté ?                                         
Castiel : Non. Je ne l’aurais probablement pas fait si Lysandre ne m’avait pas forcé.
Et plouf le moral. En même tant, seul Lysandre avait vraiment de l’influence sur lui. Je terminai de lui appliquer la pommade, tout ça dans un silence le plus total. Quand j’eus finis, je lui mis des bandages.
Moi : Évite les mouvements trop brusques et ça devrait aller.
Castiel : Okay
Il se leva et se dirigea vers la sortie, tandis que je restais assise sur le canapé dos à lui. Je me sentais vide, comme si ces paroles m’avaient faites plus de mal que de bien. Certes il s’était excusé, mais…à quoi bon vu les raisons. Alors que je croyais qu’il était déjà sorti, je vis Castiel revenir et se planter devant moi.
Moi : Cast… ?
Castiel : Écoute-moi sans m’interrompre. D’abord il y a quelque chose que j’aurais du te dire il y a bien longtemps : merci. Pour ne pas m’avoir laissé aux mains de Debrah et de l’avoir empêché de me tuer.  Ensuite, je suis terriblement désolé de tout ce qui t’es arrivé par ma faute. J’ai été un vrai salop avec toi, et crois moi je le regrette vraiment. Si j’ai été si méchant avec toi, c’est parce que tu étais une des premières personnes que je voulais voir en réveillant. Et la première chose que j’ai ressenti à ce moment là, ce n’était pas de la colère, mais de la tristesse. Mais ça ne justifie pas tout ce que j’ai fais. Mais je te promets que je ne recommencerai plus jamais.
J’étais complètement abasourdie. Son initiative m’avait surprise au plus haut point. Il me regardait sérieusement, et je sentais qu’il ne mentait pas. Nous restâmes quelques instants à nous regarder, avant qu’il ne fasse demi-tour et ne parte pour de bon. Lentement, je me levai et allai fermer la porte à clé. Je filai me mettre en pyjama, puis m’assis en tailleur sur mon lit. Je ne savais que penser. Certes, il était venu s’excuser de tout ce qu’il avait fait, et il m’avait remercié et ça me faisait plaisir, mais il ne l’avait fait que sous la contrainte. Ce qui signifiait que si Lysandre n’avait pas agit, notre décadence aurait continué, encore, et encore, encore et toujours, à un point où nous nous serions haïs à un tel point que j’aurais été une deuxième Debrah pour lui. Même si pour moi il restait un peu de boulot à faire pour le pardonner totalement, de son côté, je pense que ça lui a demandé un effort. Admettre qu’il avait tort, s’excuser, toutes ces choses là, c’était en quelque sorte nouveau pour lui. Mais était-ce suffisant pour tout oublier et faire comme s’il ne c’était jamais rien passé ? Bon, il se fait tard, j’aviserai demain. Je me couchai et m’endormi le cerveau embrumé.
Je me réveillai le lendemain plus tendue que jamais. Qu’allais-je faire ? Je lui fais la bise ? Je lui dis bonjour de loin ? Je fais rien ? Rhaa cette histoire m’énerve et si ça continu je vais avoir mal à la tête et je vais me mettre à la bourre, alors hop hop hop on se bouge. Je finis ma tartine avant de filer en quatrième vitesse.
Arrivée au lycée, je sentis la pression monter. Mais pourquoi je stress moi ? C’est moi qui tire les rênes non ? Et en plus, je lui ai dit que ça prendrais du temps. Alors pourquoi est-ce que je m’inquiète ? Il faut que je lui montre qu’il est sur la bonne voie, sans lui faire croire que l’affaire est réglée. Oui c’est un peu sadique je l’admets, mais il fallait que je lui montre les conséquences et que je ne me laissais pas faire pour lui saper l’envie de recommencer. D’un coup, j’allais beaucoup mieux. Je pénétrai dans l’enceinte du lycée confiante, à la recherche de mes amis. Je vis de loin que le rebelle n’était pas avec eux. Bon tant pis, je le verrais plus tard. Je fis leur la bise, puis nous nous mîmes à parler des potins.
Louise : C’est aujourd’hui qu’on va savoir qui va chanter au bal de Noël !
Annick : Ah génial ! J’espère qu’on sera choisis.
Lysandre : Il n’y a pas de raison, vous chantez super bien
Moi : Vous, on sait déjà que vous y serez déjà.
Guillaume : Et ouais, mais que veux-tu, nous somme des vrais stars dans ce lycée. La moitié des gens qui viennent aux différents bals, viennent pour nous écouter.
Rosa : T’as pas un peu l’impression de t’enflammer là Guigui ?
Guillaume : Ba quoi c’est vrai ! À chaque fois, on a toujours une horde de filles qui se jettent sur nous !
Lysandre : Oui c’est vrai. Je pense que c’est d’ailleurs un peu exagéré.
Moi : Ou pas. Vous jouez comme des pros, alors c’est normal que vous ayez un fan club.
Rosa : Ouais, enfin, c’est le genre de fan club qui serait tout aussi bien tenté de te mettre dans leur lit
Nous rigolâmes tous à cette remarque, qui était on ne peut plus vraie. Nous rentrâmes à l’intérieur et nous dirigeâmes vers notre salle de cours. Sciences Physique. Comment bien commencer la journée… oui c’était du sarcasme. Je HAIS les sciences physiques ! Enfin, quand y pas le choix…on fuit ! Nan, quand y a pas le choix, y a pas le choix. Si je sèche je vais ramer, déjà que pour l’instant que peine à garder la tête hors de l’eau dans cette matière.
Tandis que nous attendions notre très peu désiré professeur de sciences physique…tiens on va faire une petite parenthèse là-dessus. Vous ne trouvez pas, que les profs de cette matière sont toujours les profs les plus ennuyants de la planète ?!  Déjà qu’on galère à savoir si cet ion est positif ou négatif, vous venez nous mettre un gars qui quand t’entends sa voix tu t’endors. Et puis dans le bulletin, ils te mettent « aucune participation ». Ba écoute je suis déjà bien gentille de venir à ton cours, je vais pas faire l’animation en plus.
Comme je disais donc, tandis que nous attendions notre très peu désiré professeur de sciences physique, je vis une tête rouge s’approcher. Ça y est, mon cœur se remet à tambouriner. Mais il faut vraiment que je me détende moi. Je me calmai intérieurement et réussis à reprendre le contrôle de mes émotions. Il passa près de moi et s’arrêta, un petit sourire aux lèvres.
Castiel : Salut
Moi : Salut
Je lui rendis son sourire, mais pas plus. Il ne fallait qu’il croie que c’était gagné. À ce moment là, le prof arriva. Heu…enfin plutôt, une nouvelle prof, qui semblait bien plus sévère que son prédécesseur. Ouais ba le résultat est pour l’instant le même : c’est pas trop tôt ! Pas que j’étais pressée, mais j’avais mal aux pieds. Je fus la première à rentrer dans la salle et à m’assoir telle une princesse ogresse s’asseyait sur son trône…c’est-à-dire pas très gracieusement quoi x) Ha, ba ça va beaucoup  mieux d’un coup. J’étais bien contente pour ce cours de ne pas être à côté de Castiel. Je n’aurais pas su comment me comporter. Les autres gens de ma classe vinrent s’installer à leur place, et Armin vint à côté de moi. La prof vint au tableau et se mit à nous regarder fixement. Son regard était tel que tout le monde s’arrêta de discuter. Une autorité naturelle émanait d’elle. Et…elle faisait aussi quelque peu peur.
Prof : Bonjour à tous. Je suis Mme. Delanay, votre nouvelle professeur de Sciences Physique. J’attends de vous de la discipline et un travail rigoureux pendant le reste de l’année. Je ne tolérerai aucun débordement, et les troubles fêtes seront immédiatement exclus de mon cours.
Cette prof me faisait froid dans le dos. On sentait qu’elle ne rigolait pas. Je pense que tout le monde, et même les plus emmerdeurs comme notre rebelle, se tiendront à carreau avec elle.
Delaney : Très bien pour commencer, je vais vous faire passer, un petit test, pour évaluer rapidement votre profil et votre niveau, afin de cerner votre personnalité. Ainsi, chacun aura un binôme qui lui sera complémentaire. Donc pour cette fois-ci, vous garderez vos places, mais à partir de la semaine prochaine, vous irez avec la personne qui vous seras la plus complémentaire, et ce jusqu’à la fin de l’année, sauf problème.
Hein ? C’est quoi ce truc de test ? Comment elle peut en quelques questions savoir comment on fonctionne ? C’est du grand n’importe quoi ! En plus, on peut se retrouver à côté de n’importe qui. Si je tombe sur Ambre ou ses deux toutous ça ne vas pas DU TOUT le faire. La prof passa dans les rangs distribuer les copies, et nous nous mîmes à répondre. Les questions étaient…comment dire…on aurait dit qu’on s’inscrivait sur un site de rencontre. Il y avait des questions qui nous concernait plus personnellement, puis d’autres qui concernaient la matière, et à chaque fois, 3 ou 4 propositions. Mais tout cela me laissa, et je pense aussi le reste de la classe, à en juger par leur expression sur leurs visages, très indécise. A peine  5 minutes plus tard, la prof reprit la parole.
Delaney : C’est bon, je ramasse, on ne va pas y passer, nous avons du travail. Ce n’est pas grave si vous n’avez pas finit.
Nan mais elle exagère là. J’entendis Armin ruminer à côté de moi, et au fond, Ambre se plaindre.
Ambre : Mais c’est n’importe quoi ! On vient à peine de commencer. Et puis comment vous pouvez savoir qui est plus com…com…enfin…bref, qui va mieux avec qui avec ce machin ?!
Pour une fois, j’étais bien d’accord avec elle. Par contre, sa remarque n’eut pas vraiment l’air de plaire à Delanay, qui s’énerva.
Delaney : Premièrement mademoiselle, on ne prend pas la parole sans permission ! Et deuxièmement, j’administre mon cours tel qu’il me plaira de le faire, et si mes méthodes, ne vous conviennent pas, et bien vous irez vous plaindre au près de la directrice, accompagnée d’une heure de colle samedi matin !! Me suis-je fais comprendre ? Et cela vaut pour tout le monde !
Pour le coup, Ambre blêmit. Toute la classe en fit autant. Même si j’étais bien contente qu’elle ait rembarré madame pot de peinture, je me rappelai dans un coin de ma tête de ne jamais provoquer cette prof.
 
Rosa : Non mais elle est complètement givrée cette prof, une grande malade ! Comme si on pouvait juger des gens juste grâce à un stupide questionnaire.
Lysandre : J’avoue que c’est assez surprenant, mais qui sait, ça peut peut-être.
Castiel : Moi tant que je ne me retrouve pas avec boy scout je m’en fiche.
Louise : Mais comment elle peut savoir qui est complémentaire ?
Moi : Ba, peut-être qu’elle regarde les personnes qui ont mis les mêmes réponses, ou alors elle fait complètement le contraire et elle met des opposés. Enfin, après qui sait, elle peut tout aussi bien faire de la magie.
Annick : En tout cas, ça promet.
Le reste du cours avec notre professeur avait été assez tendu. On avait du faire un TP, avec des instructions minimes et approximatives, et tout ça avec une Delaney passant sa vie à nous sermonner. En bref, c’était génial. Maintenant, nous nous rendions tous en cours de chant. Enfin, nous allions savoir qui chanterait au bal. J’étais super excitée ! Et un peu stressée aussi, mais tellement excitée ! Nous nous assîmes par terre dans la salle et attendions le verdict. Sandrine, nous regardait tous, un sourire aux lèvres.
Sandrine : Et bien les grands, voici le moment que vous attendiez tous : savoir qui chantera. Déjà je tenais à tous vous féliciter. Vous avez un immense talent, que vous devez continuer à exploiter. Peut-être que certain d’entre vous deviendront célèbre, mais peut-être que d’autres ne seront célèbre que pour leur douche, mais dans tout les cas, le laissez tomber ni le chant ni la musique. (Se tape dans les mains) Bien, je vous ai fait attendre assez longtemps, maintenant je vais vous dévoiler les noms des vainqueurs. Alors roulement de tambour, le premier groupe qui a remporté sa place est celui de notre boys band préféré, les Wigged Skull.
Tout le monde se mit à les applaudir. Ils semblaient contents, mais n’en faisaient pas non plus des tonnes. Ils devaient sans doute avoir l’habitude. Castiel, tourna la tête dans ma direction et me souris. Je le lui rendis timidement, et lui fit un petit mouvement de tête avant de détourner les yeux.
Sandrine : Très bien, ça suffit. Et maintenant, le deuxième groupe. Et bien pour la première fois depuis longtemps, il s’agit d’un groupe entièrement féminin. Ce sont les The Ones.
Nous par contre, en entendant notre groupe, nous nous levâmes d’un coup et nous mîmes à gueuler d’un coup en nous prenant dans les bras. Ah ces filles je vous jure x) ouais ba en attendant, j’étais super contente ! C’était la première fois que j’allais chanter en public, et j’avais super hâte. Les autres rigolaient comme des maboules en applaudissant. Nous finîmes par nous calmer et nous rassoir.
Sandrine : Haha calmons-nous. Alors voilà comment ça se passera. Vous aurez trois chansons par groupe à chanter. Vous avez carte blanche, mais privilégiez des chansons qui mettent l’ambiance quand même. Toutes mes félicitations !
 
Tous : SANTÉ !!
Chapitre 21: Pardonne-moi
Nous étions dans un bar, en train de fêter notre victoire autour d’un verre. Nous étions tous euphorique et nous amusions comme des enfants. Les discussions allaient de bon train, certains dansaient, d’autres buvaient ou mangeaient…et je vis Annick entrainer Lysandre dans une pièce à l’écart. Wouwou, il y en a qui vont bien s’amuser. Je décidai de rejoindre Rosa sur la piste, et me déhanchai comme une folle. Puis, un mec vint s’approcher de nous, et commença à danser. Je trouvai ça quelque peu suspect, mais le laissai faire, tant qu’il ne s’approchait pas trop. Je vis du coin de l’œil Castiel qui nous surveillait, l’air méfiant. Tient tiens intéressant. Je vais faire comme si je n’avais rien vu, et dansai avec le mec. Il me regardait bizarrement, et cela me troublais, mais j’essayai de faire outre. Mais…et oui mais car il y a toujours un lais avec les mecs, il commença à trop s’approcher de moi, et à poser ses mains sur mes hanches et à les faire descendre sur mes fesses. Je le repoussai. Mais il se rapprocha et recommença. J’essayai de le repousser, mais il m’agrippait trop fermement pour que je puisse faire quoi que ce soit. Je vis du coin de l’œil Castiel poser son verre et s’approcher à grand pas. Ah non, ça ne se passera pas comme ça. Je ne suis pas une damoiselle en détresse, je peux me débrouiller toute seule comme une grande. Bon, nous allons donc activer le cas de force majeur. J’aimais vraiment pas faire ça, mais là j’avais pas le choix, d’autant plus que le gars, commençait à approcher dangereusement sa tête. Je levai mon genoux et lui mis un grand coup dans ses parties intimes. Il me lâcha immédiatement et se tint ses bijoux de famille en grimaçant de douleur. Je murmurai un désolé, puis m’en alla à grands pas. Je me dirigeai vers la sortie, croisant Castiel au passage, qui me regarda l’air stupéfait. Je passai près de lui sans lui dire quoi que ce soit, et sortis. Une fois dehors, je respirai à pleins poumons l’air froid du soir. Je l’avais échappé belle. Mais bon, je l’ai bien cherché aussi. Danser comme ça avec un inconnu, qui puait l’alcool à des kilomètres, c’était franchement pas intelligent de ma part.
… ?: Qu’est-ce qui t’as pris ?!
Je me retournai surprise, et vis Castiel près de moi. Je pensais pas qu’il me suivrait. Mais à tout bien réfléchir, c’était à peu près normal qu’il soit là après ce qu’il venait de voir.
Moi : Quoi ?
Castiel : Mais t’es complètement inconsciente ! Danser avec un gars que t’avais jamais vu et qui était complètement bourré. Tu cherchais à faire quoi exactement ?!
Moi : Je sais pas moi, juste m’amuser un peu. Mais c’est bon.
Castiel : T’es sérieuse là ?!
Moi : Mais qu’est-ce que ça peut te faire ? J’avais pas l’intention de me laisser tripoter non plus alors il y a pas de problème.
Castiel : Ouais mais c’était pas loin.
Moi : Oui mais le principal c’est qu’il n’y ait rien eu. Alors merci de t’être inquiété, mais c’est pas le peine de jouer le papa-poule. Bon, je rentre salut.
Je retournai à l’intérieur chercher mon manteau et dire au revoir aux autres avant de rentrer chez moi. Pour le coup, Castiel m’avait un peu énervé. Il passait de hyper absent et froid à hyper protecteur. C’est bon quoi, on s’est expliqué, on est bonne voie, mais faut pas abuser non plus. Ça partait d’une bonne attention, mais le moment était mal choisit. Et puis même si le moment avait été meilleur, je sais me défendre tout seule quand même, je ne suis pas une fille faible et fragile. Et dernière raison, je n’allais pas lui rendre la tâche facile. J’avais l’intention de le faire mariner un peu avant de totalement le pardonner.
 
Le lendemain, en arrivant, je vis Rosa sauter partout comme une puce et crier comme une folle. Elle semblait…je ne sais pas. Elle pouvait tout aussi bien être joyeuse qu’énervée. Je me demandais ce qui avait bien pu se passer pour qu’elle soit dans cet état.
Moi : Salut. J’ai loupé un truc ?
Guillaume : Oh non crois moi ...
Rosa : QUOI ?! Mais si c’est une affaire d’état, de première importance !
Moi : Qu’est-ce que c’est ?
Rosa : Il faut à tout prix que…
 
_____________________________________________________
Hello les ami(e)s! J'espère que ce chapitre vous a plus ^^
La vérité à été au rendez-vous dans ce chapitre, avec un règlement de compte entre Chloé et Castiel. Comment se terminera cette affaire? Nos deux groupes ont été désigné pour chanter au bal. Vous verrez leurs répétitions.Et...une annonce pour un évènement. Qu'est-ce que s'apprête à dire Rosa qui est apparemment si important? Vous saurez tout ça dans le prochain chapitre.
Gros bisous <3

Publié dans Saison 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isabelle 29/01/2016 15:59

Elle est trop bien ta fiction

Castiel- Chloé fiction AS 29/01/2016 21:16

Merci ;)

Redfox 21/01/2016 19:37

Ah que coucou #patrickstyle, j'ai adoré ce chapitre du début à la fin ! -ou presque la fin... ahah-
ça faisait un moment que je recherchais une bonne fic avec Castiel à suivre, je suis contente d'avoir trouvé la tienne, elle est sur ma liste maintenant, bon courage et vivement dimanche. n_n

Castiel- Chloé fiction AS 22/01/2016 21:39

Hello! Merci ça me touche vraiment ^^

Mikko 21/01/2016 18:41

Salut ! Alors je te met 10/10 ou même 100/100. Tu es écrit bien, ton histoire est originale, tout est bien. Tu peut me croire sur les vingtaines de fiction AS Castiel que j'ai lue, la tienne est de loin la meilleur. Continue comme ça. HATE DE LIRE TON PROCHAIN CHAPITRE !!!!!!!! :D

Castiel- Chloé fiction AS 21/01/2016 18:48

Salut! Alors je te remercie ça me touche ENORMEMENT!! Et j'espère qu'elle continuera de te plaire encore longtemps ;)

lydia brouchetta 20/01/2016 23:40

vrm bon chapitre j attend impatiemment la suite :) :) :) ps je suis vrm tomber en amour avec ta fic haha ;)

Castiel- Chloé fiction AS 21/01/2016 18:46

Merci ;) Haha ça fait plaisir x)

Kyoko27 18/01/2016 17:27

Encore un super chapitre ! N'empêche, tu serais pas un peu sadique sur les bords, toi ? Parce que là, tu t'arrêtes au moment le plus intéressante :'( Du coup, je suis encore plus pressée de lire le chapitre 22.

Castiel- Chloé fiction AS 18/01/2016 20:11

Merci ! Haha oui j'adore faire des petits coups comme ça ^^

Maeva 17/01/2016 20:00

Trop bien comme d'habitude mais ce suspense à la fin bref quand la suite ??

Castiel- Chloé fiction AS 17/01/2016 21:11

Merci! Si tout va bien dimanche ;)

Colleen 17/01/2016 18:21

Super bien écrit et le suspens de malaaaaade ! Vivement dimanche prochain ♥

Castiel- Chloé fiction AS 17/01/2016 18:30

Et ouiiii! X) ❤

Jessy 17/01/2016 17:10

Haha suspens sadique jusqu'au bout XD !!! Que vas faire subir Chloé à Castiel ? J'ai adoré le passage au elle met un coup bien passéau type et la rréaction de Castiel XPTDR , bref c toujours aussi bien , hâtede lire la suite grous bisouuuuus ❤❤❤

Castiel- Chloé fiction AS 17/01/2016 18:29

Mouhaha et oui x) Tu verras bien... Et merci gros bisous ❤

Lilou 17/01/2016 16:37

Ahlala le suspense ! Super chapitre !!! J'ai trop hâte de voir comment se passera le bal !

Castiel- Chloé fiction AS 17/01/2016 18:27

Haha merci ;)