Chapitre 36: Aveux

Publié le par Castiel- Chloé fiction AS

DING DONG
Et voilà que le lendemain après-midi, je me retrouvai à sonner à la porte de mon voisin. Pourquoi je sonne chez lui après avoir eu la honte ma vie ? Tout simplement parce que Monsieur-tête-en-l’air à oublié sa veste chez moi, encore. Je suis sure qu’il l’a fait exprès. J’espérais qu’il soit absent, mais non, il vint m’ouvrir la porte.
Castiel : Tiens tiens, mais qui voilà ? Que puis-je faire pour toi ?
Rien qu’à son ton, je sens que je vais en baver.
Moi : T’as oublié ta veste hier. Tu l’aurais pas fais exprès ?
Castiel : Moi ?! Jamais ^^
Mais oui bien sur je te crois…
Castiel : Allez rentre.
Ça y est je suis foutue. S’il me dit de rentrer c’est qu’il a quelque chose derrière la tête. Je rentrai donc et posai sa veste sur le dossier d’une chaise. Castiel s’assit sur une chaise, torse face au dossier, tandis qua je restai debout face à lui. Il posa ses bras sur le dossier, et se mit à me fixer. Il me fixa, encore et encore, sans jamais détourner le regard. On aurait dit qu’il voulait s’immiscer en moi. Son regard était insoutenable. Pourquoi me regardait-il si intensément.  Je me sentais chauffer sur place.
Moi : Pourquoi tu me regarde comme ça ? T’as jamais vu une belle gosse?
Il ne me répondit pas. Il me toisait toujours. J’avais l’impression que ça faisait des siècles que nous étions statufiés dans ces positions. Je commençais à stresser.
Moi : Castiel, tu m’écoutes ? Ho ho répond moi, tu me fais stresser  là.
Toujours rien. À si, il se mit à sourire. Là c’était trop.
Moi : Arrête, tu me fais flipper la! Pourquoi tu me…
Castiel : Je te plais ?
J’avalai de travers. Je crus avoir mal entendu. Après tout, ça m’arrivait d’entendre des voix, alors que personne ne me parlait. En fait j’espérais surtout qu’il ne m’avait pas posé cette question là.
Moi : P-pardon ?
Castiel : Est-ce que je te plais ?
Non, je n’avais pas rêvé. Il m’avait vraiment posé cette question. Moi qui espérais qu’il avait oublié. Bon en même temps, il y avait très peu de chance que ça arrive puisqu’il l’avait apprit hier grâce à ma indiscrète et très chère maman. Je ne voulais pas répondre. À quoi bon ? Je n’avais aucune chance. Je tentai donc une esquive.
Moi : Tu sais, il faut pas croire tout ce dit ma mère
Castiel : Je me doute. C’est pour ça que je te pose la question
Moi : Mais pourquoi tu veux sa…
Castiel : Répond
Il se leva subitement et s’approcha de moi. Je reculai.
Moi : Arrête…
Castiel : Seulement quand tu m’auras répondu
Moi : Tu dis ça mais tu n’as pas l’intention de me laisser tranquille n’est-ce pas ?
Castiel : Intelligente la p’tiote
Il avança, je reculai, il avança, et je reculai encore. Nous jouions au chat et à la souris. Mais à ce genre de jeu, la souris à très peu de chances de s’en sortir. Et ça, je ne le savais que trop bien. Il avança, je reculai, il avança, je re… bloqué. J’étais adossée contre un mur. Je ne pouvais plus fuir, tandis que Castiel lui, continuait de s’approcher de moi, d’une démarche lente, langoureuse, mais assurée. Sa proie était piégée, elle ne pouvait plus fuir. J’étais sa prisonnière. Puis il fut enfin devant moi. Je voulus me décaler, mais il posa ses mains de part et d’autre de ma tête sur le mur. Nous étions près… trop près. Je posai mes mains sur sa taille pour le reculer, mais au lieu de ça, il se colla encore plus à moi. Le sentir collé à moi me donna des papillons dans le ventre. 
Chapitre 36: Aveux
Moi : S-s’il te plait…
Castiel : Est-ce que je te plais ? On restera comme ça le temps qu’il faudra jusqu’à ce que tu me répondes.
Je n’avais pas le choix. J’étais obligé de lui répondre. Être si prêt de lui, de son visage, me faisait perdre mes moyens. Je baissai la tête, résignée.
Moi : 0///0 O-oui…
Et puis il y eu un blanc. Ce blanc qu’il y a après que vous ayez avoué vos sentiments. Il sembla durer des heures. Castiel ne disait rien. Je préférais peut-être même ça. Car de toutes les manières, j’étais sûre que mes sentiments n’étaient pas partagés. Alors pour passer le temps, je contemplai mes orteils. Oulala faut que je refasse mon vernis moi, il est complètement écaillé !! Oui bon, c’est pas le meilleur moment pour penser à ça, mais j’ai rien d’autre à faire en attendant qu’il se décide à parler ou me laisser partir.
Castiel : Pourquoi tu ne me regardes pas ?
Moi : Mais qu’est ce que tu veux que je te réponde à la fin ?! Que ta beauté me fait mal aux yeux ? Que j’ai peur qu’en te regardant et qu’avec notre proximité, j’ai envie de t’embrasser, comme à chaque fois que tu es trop proche de moi ? C’est ça que tu veux que je te dise ? Et ba oui voilà je te le dis !
Sans m’en rendre compte, j’avais levé la tête pour le regarder. Sa question m’avait un peu énervée. Je venais de lui avouer que je l’aimais, et lui il me demandait pourquoi je ne le regardais pas. La réponse semblait évidente non ? Puis, quand je me rendis compte que nos bouches n’étaient séparées que par quelques centimètres et de tout ce que je venais de déballer, je rougis et voulus baisser la tête, mais son index sous mon menton, m’obligea à lui faire face. Notre proximité m’était insupportable. J’avais l’irrésistible envie de l’embrasser. C’était horrible. C’était comme si sa bouche m’appelait.
Mon ami me regardait droit dans les yeux, comme s’il essayait de trouver ou de comprendre quelque chose. Ou peut-être tentait il seulement de vérifier que ce que j’avais dis était bien vrai. Ses sourcils étaient quelques peu plissés, comme si mes propos l’avaient surpris. Mais c’était l’exacte vérité. En tout cas, peu importe la raison, son regard me troublait terriblement.
Puis tout un coup, il approcha très, très, très lentement ses lèvres des miennes. Il s’approchait, certes avec lenteur, mais inexorablement. Chaque seconde, la distance qui nous séparait rétrécissait. Allez grouille, j’en peux plus ! Je vais craquer. Je sais pas si c’était pour me tester, ou si c’était pour savourer le moment qu’il allait si lentement, mais j’avais du mal à tenir. Et puis enfin, il était là, à quelques millimètres…
DING DONG
En entendant la sonnerie, Castiel laissa sa tête tomber lourdement sur mon épaule.
Castiel : Putain…
Tout à fait d’accord. On y était presque, et là il faut que quelqu’un vienne tout gâcher. Castiel recula lentement et se dirigea vers la porte d’entrée en trainant des pieds.
… ?: Salut mec. Oulah tu tires une de ces tronches. Ça va pas ?
Castiel : Mmphf
Ça c’est de la réponse x). On dirait Lysandre, je vais aller voir. J’arrivai derrière, et je vis effectivement le meilleur ami de Castiel, qui tourna la tête dans ma direction.
Lysandre : Tiens, salut Chloé.
Moi : Salut Lys
Puis il y eu un moment de silence. Comme si Lys essayait de faire un lien entre la tête de son meilleur ami, et ma présence.
Lysandre : Je dérange peut-être ?
Moi : Heu… non pas du tout. J-j’allais partir de toute façon.
La phrase la plus répétée quand il s’agit de sauver sa peau. Je me dirigeai vers la sortie. Arrivée prêt de Castiel, je me mis sur la pointe des pieds, et lui fis un bisou sur le coin de lèvre. Il sembla surpris, mais me répondit par son sourire en coin, que je lui rendis.
Moi : À plus tard
Castiel : À plus. Salut tes parents de ma part
Moi : Ça marche
Puis je me tournai vers Lysandre et lui fis un bisou sur la joue.
Moi : Salut Lys !
Lysandre : Bye
Je traversai la rue et rentrai chez moi, non sans jeter un dernier coup d’œil derrière. Je vis les deux compères rentrer chez le rouquin. Je m’assis dans le canapé, et me plongeai dans mes pensées.
Je n’en revenais pas de ce qui venait de se passer. J’avais avoué à Castiel qu’il me plaisait, et nous avions faillis nous embrasser. Faillis !! Ça me tue ! Il a fallu que Lysandre arrive pile à ce moment là. Enfin, j’espère qu’il y aura d’autres occasions. Mais s’il a tenté de m’embrasser, est-ce que…ça voudrait dire que je lui plais aussi ? Ou bien il avait voulu faire ça juste comme ça ? Le contexte s’y prêtait bien. Parce que, plaire ne veut pas dire aimer. Ça veut juste dire trouver la personne attirante, mais sans aller forcément plus loin. Pour mon cas, ça allait plus loin, mais ce n’était pas forcément de son côté. Alors………………….je fais quoi ? Il m’aime ? Il m’aime pas ? Je sais pas quoi faire ? Je peux pas aller lui demander ça. Imagine s’il me dit non ! Rhalalala mais qu’est-ce que…
Papa : Chloé ?
Je sortis d’un coup de ma rêverie, et vis devant moi mon père qui me regardait.
Moi : Ouais ?
Papa : Ça va ?
Moi : Hum ? Oh oui oui. Je rêvais juste, t’inquiète.
Papa : D’accord. Mais dis-moi, il t’en faut du temps, pour aller rendre une veste ^^
Ça y est, il recommence avec ses sous-entendus. Et rien qu’à voir son sourire, je me doutai de ce qu’il avait derrière la tête.
Moi : On a juste discuté un peu c’est tout…
Papa : Moui moui…^^
 
Fin PDV Chloé
PDV Lysandre :
 
Je crus que mes yeux allaient sortir de leur orbite. J’attendis que Chloé fut assez loin, pour questionner mon ami.
Moi : C’est moi ou…
Castiel : C’est toi
Sur ce, il se retourna et rentra à l’intérieur. OK, ça veut dire que j’ai pas rêvé. Je suivis mon ami à l’intérieur et refermai la porte.
Moi : Qu’est-ce qui s’est passé ?
Castiel : Rien
Moi : Je ne suis pas encore aveugle Castiel. J’arrive, et tu tires une tête d'enterrement. Puis je vois que tu es avec Chloé. Et puis quand elle part, elle t’embrasse sur le coin de la lèvre. Tu m’expliques ?
Castiel : Y a rien à expliquer
Les réponses courtes de mon ami me confirmaient le contraire. Sauf que je n’allais pas lâcher l’affaire.
Moi : Alors tu vas me dire que c’est normal peut-être ? Pourquoi ne t’a-t-elle pas fait la bise sur la joue ?
Castiel : J’en sais rien moi. Elle a peut-être des problèmes de géo-localisation.
Moi : Arrête de te moquer de moi Castiel. Je te connais trop bien, je sais quand tu me caches quelque chose.  Qu’est-ce que vous faisiez avant que je n’arrive ?
Castiel : On se roulait des pelles 
Moi : Quoi ?!
J’en revenais pas. Ils…ils s’embrassaient ? Alors cela voudrait dire qu’ils…
Castiel : Enfin, on aurait pu. Mais un certain Lysandre est venu sonner avant qu’on n’en ait eu le temps
Bien sur ça aurait été trop beau. Mais maintenant, je comprenais mieux la tête qu’avait mon ami quand celui-ci était venu m’ouvrir. Cela n’empêche, c’était une merveilleuse nouvelle.
Castiel : Toi je te vois venir avec ton grand sourire, et je t’arrête tout de suite. Il n’y a rien entre elle et moi.
Moi : Tu veux donc me faire croire que vous alliez vous embrasser comme ça ?
Castiel : Ba…..ouais ! Oh et puis tu me soules avec tes questions à deux balles
Haha ! J’avais réussi ! Il n’avait rien avoué, mais je sentais qu’il ya avait eu une nouvelle avancée entre mon ami et Chloé. Je n’obtiendrai rien de plus de Castiel. J’irais essayer plus tard avec Chloé.
Castiel : Bon sinon pourquoi t’étais venu à la base ?
Moi : Ah oui. Je pense qu’on devrait se mettre à la recherche d’un autre batteur.
Castiel : T’es sérieux ? C’est juste pour ça que t’es venu me voir ?
Moi : Il y aura un grand concours de rock dans quatre mois. Si on veut pouvoir y participer et espérer gagner, on doit absolument trouver un batteur.
Castiel : Soit. Et on trouve ça où ?
Moi : Je ne sais pas. Je pensais demander à quelqu’un du club.
Castiel : Tu déconnes ? Y en aucun qui arrive à la cheville de Guillaume.
Moi : Ou sinon ou peut essayer d’en trouver un dans un bar
Castiel : Sauf que ceux qui jouent là-bas ont déjà un groupe
Moi : Bien. Puisque je vois que tu as réponse à tout, dis-moi où est-ce qu’on trouve un batteur ?
Castiel : On en trouve pas. Les batteurs c’est le truc le plus compliqué à trouver. SI tu perds le tien, t’es grillé.
Moi : Bon, laisse tomber. On n’ira pas loin vu ton humeur de chien.
Je partis à la cuisine me servir un verre d’eau, tandis que mon acolyte s’avachit dans le canapé. On dirait bien que le fait que je vienne l’a vraiment frustré. Et quand quelque chose le frustre, il peut trainer sa mauvaise humeur toute la journée. Je revins au salon une fois mon verre d’eau rempli, et m’assis dans le fauteuil, en face de mon ami. Nous restâmes un long moment sans parler. Je tentai de trouver un sujet de conversation, quand soudain, je me rappelai de quelque chose.
Moi : Mais au fait, j’ai complètement oublié : bonne année Castiel
Castiel : Ouais. Toi aussi
Moi : Qu’est-ce que tu as fait pour le réveillon ?
Castiel : Rien.
Moi : Ah bon vraiment ?
Castiel : Ba oui
Moi : Dans ce cas là, explique moi pourquoi tu as dis à Chloé de saluer ses parents de ta part ?
Il eut l’air mal à l’aise quand j’eus dis ça. Comme si je venais de le prendre au dépourvu. Haha, il avait donc à cacher. Il eut l’air de chercher une excuse, alors je décidai de lui couper l’herbe sous le pied.
Moi : Ce n’est pas la peine de chercher une excuse. Si tu as dis ça, c’est que tu les connais. Alors dis-moi directement la vérité.
Castiel : Chloé m’a invité à passer le réveillon avec elle. Je pensais qu’on serait que tout les deux, sauf qu’il y avait ses parents.
Moi : Intéressant
Je bus une gorgée en souriant. Cette information apportait un autre détail sur leur relation.
Moi : Si elle t’a invité alors qu’il y avait ses parents, c’est que tu dois énormément compter pour elle.
Castiel : Peut-être...                                                                                    
Moi : Nan mais sérieux Cast, pourquoi tu restes si vague ?! Je suis ton ami non ? On s’est toujours tout dit, alors tu me laisses dans l’ignorance ?!
Castiel : Mais parce que même moi j’y suis !
En disant cela, il se leva d’un coup, et se mit à arpenter la pièce, en se remettant nerveusement les cheveux en place.
Castiel : Je sais pas quoi te dire. Je…je sais pas à quoi ça rime. Je sais pas ce qui se passe entre elle et moi. C’est la première fois que j’ai une relation comme ça avec quelqu’un. Avec Debrah c’était claire. Mais là, des fois on agit comme des amis, des fois on joue au chat et à la souris, on se tourna autour, puis tout redevient comme avant. Et ce depuis qu’elle est arrivée. On a vécu des trucs de dingues elle et moi. Mais je sais pas où j’en suis, donc s’il te plait arrête avec tes questions, parce que…
Moi : Ok
Il me regarda, et souffla un coup. Il me fit un signe de tête et se calma. Je voyais que c’était la confusion totale dans l’esprit de mon ami, et que c’était la première qu’i lui arrivait quelque chose comme ça. Il semblait totalement perdu, et je sentais que mes nombreuses questions ne l’aidaient pas. Je décidai donc d’arrêter, et de le laisser remettre ses idées en place. Je changeai donc de sujet.
Moi : Bon, ça te dis, on se met une petite répète rien que nous deux ? J’ai trouvé de nouvelles paroles, et je voudrais que tu m’aide à mettre les notes dessus. 
Castiel : Ouais, si tu veux
Il partit chercher sa guitare, et nous commençâmes à mettre au propre notre nouvelle chanson.
 
Le lendemain, j’étais tranquillement assis sur mon lit, à regarder à travers la fenêtre. Dehors, le soleil brillait, mais était voilé par quelques nuages. Je sentais que ça allait être une belle journée. Dans deux jours, nous allions devoir retourner à l’école et reprendre le cours de notre vie. Et j’avais envie de passer cette avant dernière journée avec Annick. Je l’appelai, et nous nous donnâmes rendez-vous en début d’après-midi au parc.
Je passai donc la matinée avec Leigh. Depuis l’accident de Guillaume, il semblait changé. Il se sentait coupable de ce qu’il lui arrivé. Il ne souriait plus, et se tuait au travail. Moi et Rosa nous faisions beaucoup de soucis pour lui. Alors que je descendais à la réserve, je vis mon frère aîné appuyé sur la table, en train d’avaler un comprimé avec du café. Lorsqu’il me vit arriver, il tenta de dissimuler la boite dans un tiroir, mais c’était trop tard.
Moi : Qu’est-ce que tu fais ?
Leigh : R-rien, rien du tout. Je fais juste une petite pause.
Moi : C’était quoi ces médicaments ?
Leigh : Rien, juste des vitamines.
Moi : Mais oui bien sur…
Je poussai l légèrement mon frère et attrapai la boîte. Il tenta de la récupérer, mais je réussis à la garder. En regardant bien, je vis qu’il s’agissait de comprimés pour lutter contre la fatigue et booster les capacités physiques.
Moi : Nan mais tu es sérieux ?! Leigh, à force de trop en prendre, tu vas te tuer !
Leigh : Ne dis pas de bêtises. C’est juste pour…pour m’aider à être au meilleur de ma force, c’est tout.
Moi : Tu ne peux plus continuer comme ça !  Tu dois te repose, et vraiment. Ces médicaments ne t’aideront pas, ils ne feront qu’empirer la situation.
Leigh : Et qu’est-ce que tu en sais toi ? Chaque jour me semble encore plus dur que le précédent. Si je fais ça, c’est parce que j’ai peur de ne plus arriver à me lever si je me couche. J’ai l’impression d’avoir un poids énorme sur les épaules, et je ploie un peu plus chaque jour sous son poids. Mais si je fais comme tu me conseille de faire, j’ai peur de ne plus avoir la force de continuer à me battre. Alors oui, je me bourre des médicaments pour retarder le moment où ce jour arrivera.
Je ne venais de réaliser qu’à cet instant tout ce que Leigh endurait. Il vivait un véritable calvaire, et je ne réalisais la portée que maintenant. Il s’isolait, et semblait s’enfoncer dans une sombre dépression de laquelle il aurait énormément de mal à s’en sortir, si elle continuait dans cette voie. Le voir dans cette situation me faisait beaucoup de peine. C’était la première fois que je le voyais dans un tel état. Lui d’habitude si fort, était dépasser par les évènements.
Je posai par les terre les rouleaux qui se trouvaient sur le canapé, et m’y assis. Je m’arrangeai les cheveux en cherchant les bons moments. Pendant ce temps, mon frère s’était adossé au mur, et regardait dans le vide.
Moi : Je comprends que la situation dans laquelle tu te trouves est extrêmement complexe, et que tu ne sais pas quoi faire pour t’en sortir, mais crois moi, ça (montre les médicaments), ce n’est pas la solution. Tu ne dois pas te sentir responsable de ce qui arrivé à Guillaume, ce n’était pas ta faute. Tu ne pouvais pas savoir ce qui allait se passer. Alors, je t’en prie, arrête de te faire du mal, ça ne changera rien à la situation. Je sais que tu peux t’en sortir. Tu as peut-être juste besoin d’un peu d’aide. Si tu juges que ni moi, ni Rosa ne pouvons te comprendre, ça ne me dérange pas, mais s’il te plait, fais quelque chose. Je m’inquiète pour toi, et j’ai peur que tu ne fasses une bêtise. J’ai déjà perdu un ami, je ne veux pas perdre mon frère.
Je regardai mon frère, le suppliant du regard. Il dut ressentir ma détresse, car il eut un petit sourire. Il s’approcha de moi et s’accroupit pour être à ma hauteur. Il remit ma chemise en place en tirant un coup sec dessus et posa sa main sur ma nuque. Il avait l’habitude de faire ça pour me réconforter depuis que nous étions jeunes.
Leigh : Ne t’en fais pas petit frère, il ne m’arrivera rien. Mais… comprends que…j’ai l’impression de me noyer, je suffoque. Je n’ai pas la force d’affronter la réalité en face. Je sais que tu veux m’aider, et je t’en suis reconnaissant. Mais…personne ne peux m’aider. Personne
Je voyais dans ses yeux combien il était malheureux. Mon frère qui avait toujours le moral et le sourire aux lèvres avait disparu. Mais il me manquait. Je voulais qu’il revienne. Leigh me donna une légère tape à l’épaule, puis se releva, avant de quitter la réserve. Je soufflai de découragement. Ce que je venais de lui, ne l’avais pas convaincu. Il broyait du noir, et était persuadé que personne ne pouvait plus rien pour lui. Quant à moi, je ne savais plus quoi faire pour l’aider. Il refusait de m’écouter, et j’avais déjà tout tenté pour le faire réagir. J’étais à cours d’idée. Allez Lysandre, rien n’est encore perdu. On va trouver une solution. Je me levai, et remontai à l’étage. Je passai le reste de la matinée à conseiller des clients et arranger des articles.
Quand il fut midi, je partis à la boulangerie m’acheter un sandwich. Je ne pris pas la peine de rentrer à la maison. Je préférai manger mon casse-croûte en me dirigeant vers le parc où j’avais rendez-vous. Je devais avoir une bonne demi-heure d’avance, mais ça me permis de réfléchir à la situation. Mais peut importe les idées que je pouvais avoir, elles se heurteraient au découragement sans faille de mon frère. S’il y avait un moyen de le sortir de là, je ne le voyais pas.
… ?: T’en fais une tête
Je levai la tête, surpris qu’on m’interrompe, et vis Annick devant moi, qui me regardait l’air inquiète. Je me rendis compte que j’étais perdu dans mes pensées depuis trente minutes, et qu’il était l’heure convenue. Je repris contenance, me levai et m’approchai de ma petite-amie.
Moi : Non ne t’inquiète pas.
Je lui souris et l’embrassai tendrement. Ces petits moments rien que tous les deux m’avaient terriblement manqué. Rien que la voir, me redonna un peu de courage. Nous nous assîmes et Annick me regarda de nouveau, intriguée.
Annick : Qu’est-ce qu’il se passe ?
Moi : Rien, ne t’en fais pas
Annick : Je te connais trop bien Lys, je sais quand il y a quelque chose qui ne va pas
Et voilà, j’étais percé à jour. Elle avait le don de lire en moi. Elle savait que n’aimant pas embêter les autres avec mes problèmes, je ne disais rien. Mais, je savais que je pouvais parler librement avec elle. Elle était bonne conseillère et m’aiderait surement à résoudre ce problème.
Moi : En fait, ça concerne mon frère…
_____________________________________________________
Coucou tout le monde! J'epsère que ce chapitre voous a plu ^^
Que de romance, que de déclaration. Nous venons d'apprendre pleins de choses sur pleins de personnages. L'aveu de Chloé, les sentiments confus de Castiel, et le remord de Leigh. Lysandre arrivera-t-il à aider son frère avant que son état n'empire? Comment va évoluer la relation Castiel-Chloé suite à la déclaration de Chloé? Suite au prochain chapitre!
Bisous les amis <3
 
PS: Moi perso j'aimerais trop que ça m'arrive un truc comme Chloé. C'est tellement.....WAAOOOUUU et caliente... x) enfin on peut toujours rêver 

Publié dans Saison 2

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anonymous :) 15/05/2016 12:18

la suiteeeeeeee :D

Castiel- Chloé fiction AS 15/05/2016 17:01

Bientôt ;)

Nanachi 12/05/2016 11:37

Ahh, jolie tension entre Chloé et Castiel ;)

Castiel- Chloé fiction AS 12/05/2016 20:58

Ouais ^^

Marion Brunet 11/05/2016 21:16

Comme a dit Lysandre on a déjà perdu Guillaume, je veux pas perdre Leigh!!! Ne me refais pas un coup avec un chapitre super grave émotionnel qui tue comme la mort de Guillaume
( me rappelle j'avais chialer comme une tapette!!!!!!

Castiel- Chloé fiction AS 12/05/2016 20:58

Mais non ne t'inquiète pas ;)

Lakosovarde 11/05/2016 18:11

En un seul mot GE-NI-AL g Surkiffer wesh jcrois t écrivante ou un truc comme sa sinon c pa possible bref j'attend la suite avec impatience ptnnnnn continueeeeeeee
G lair d'une psychopathe là non ?? XD

Castiel- Chloé fiction AS 11/05/2016 20:37

En un seul mot: MER-CI!! Je suis pas écrivaine mais ça me fait plaisir ^^ Nan t'inquiète t'es pas une psychopathe x)

Laseule 10/05/2016 21:40

Oki mrc

Laseule 10/05/2016 18:30

C quand la suite stp je suis trop pressée

Castiel- Chloé fiction AS 10/05/2016 20:40

Suite la semaine prochaine ;)

Martin 09/05/2016 18:36

Tu as raison, c'est un excellent chapitre: amour et détresse dans le même endroit (en l’occurrence, le chapitre), c'est génial! En plus, t'as hyper peur pour Leigh (il semble clairement en dépression...), tout en étant tellement heureux pour Chloé et Castiel. Bref, c'est super. A dimanche prochain (comment on arrive à attendre aussi longtemps sans exploser?). Bye!

Castiel- Chloé fiction AS 09/05/2016 20:54

Merci ^^ c'est vrai, plein de trucs à la fois. A dimanche prochain, bye ;)

Daniela 08/05/2016 19:41

Hey hey hey :() chui troop trooop contente:) chloé a enfin avoué qu'il lui plais <3ps: c'est pas vraiment une déclaration* une éclaration c'est quand on dit je t'aime ou je suis amoureuse de toi donc je comprends un peu castiel qui réfléchie trop a mon avis *mais bon c'est quand même "tu me plaît " il doit con prendre quand même je espère AËF il me énervé j'ai hâte de voir la suite je espère que sa va s'arrange pu Leight :-(on tout cas bravo pour ton travail :-)et cantinu comme sa et tu va avoir une bonne fin de trimestres`,-) hi hi je régolés preso j'ai adooorÉ c'est chapitre bien sûr je hâte de être dimanche :-) -:) bonne continuation :
;-).

Castiel- Chloé fiction AS 08/05/2016 21:50

Hey! Et oui ^^

Anastasia 08/05/2016 18:04

Ouah !! J'adore ce chapitre ! Chloé a enfin avoué ses sentiments à Castiel !! OUH OUH !!!! et bon sang Castiel !!!! Bouge ton c**, t'es raide dingue d'elle !!! putain Lysandre ! t'aurais pas pu passer 5 minutes plus tard ! en tout cas, j'espère qu'il va trouver une solution pour Leigh. Et tout cas continue comme ça !

Castiel- Chloé fiction AS 08/05/2016 21:50

Merci ^^ Haha c'est vrai x) ouais espérons...

Sadia 08/05/2016 16:54

Jadore comme toujours mè cast bouge toi ya ae tw qi ne cmprend ps qe tu kif tro Chloé reagi bon sens jesper qil ora une illumination pendant la nuit qi lecrairera Sur Chloé et leigh jesper qil ira bien et Nb je croi tjrs en une réapparition fulgurante de Guillaume

Castiel- Chloé fiction AS 08/05/2016 21:49

Merci ^^ je lui ferais passer le massage x) ps: désolé mais il ne reviendra pas.