Chapitre 40: Règlement de comptes

Publié le par Castiel- Chloé fiction AS

Nous courûmes -encore-  jusqu’à la zone de la seconde étape. Nous étions maintenant à la recherche de lettres gravées un peu partout dans la zone, beaucoup plus restreinte que la précédente. La zone de recherche étant plus petite, nous n’avions aucun indice. Nous regardâmes alors partout autour de nous à la recherche de lettres. Au fur et à mesure que nous avancions, tous en trouvions sur notre route, sur les troncs, les rochers. En à peine trois quart d’heure, nous les avions toutes  trouvées. Nous  nous rendîmes au point de rendez-vous. Là, ce fut Boris qui nous accueillit.
Boris : Bonjour mesdemoiselles ! Avez-vous trouvé les huit lettres ?
Nous : Oui
Nous lui montrâmes la feuille et il valida que nous avions bien toutes les lettres.
Boris : Bien. Maintenant je vais vous poser une question avec quatre possibilités. A vous de trouver la bonne réponse. Sachez que les quatre possibilités seront formées des lettres trouvées. Vous aurez trente secondes pour trouver. Si vous ne trouvez pas dans le temps imparti ou si vous vous trompez, vous serez disqualifiées. Prêtes ?
Nous : Oui
Boris : Parfait. Voici la question : laquelle de ces villes est la plus proche de Paris ? Rouen, Tours, Rennes ou Tulle ?
Oh non de la géographie. Nous nous concertâmes rapidement avec Louise.
Louise : Bon déjà on peut éliminer Rennes.
Moi : Tulle je crois que c’est dans le sud
Louise : Bon ok. On a le choix entre Rouen et Tours
Boris : Vingt secondes
Moi : Rouen il me semble que c’est genre dans le Nord, mais pas trop non plus. Genre Normandie
Louise : Moi je crois que Tours c’est vers l’Est
Moi : L’Est vers où ? Si c’est l’extrême Est, genre Strasbourg, c’est Rouen la bonne réponse
Boris : Quinze secondes
Louise : J’en sais rien moi !
Je réfléchis profondément. Rouen ou Tours ? Tours ou Rouen ? Il me semblait que Rouen était plus proche mais je n’en étais pas sûre à cent pourcent.
Boris : Dix secondes
Louise : Vite il faut se décider. Tu dirais quoi toi ?
Moi : Perso je dirais Rouen, mais après…
Louise : La bonne réponse est Rouen
Elle venait de s’adresser à Boris, lui disant notre choix.
Boris : C’est votre dernier mot ?
Louise : Oui
Boris : La bonne réponse est…
Instinctivement, Louise et moi nous prîmes les mains, en priant que ce soit la bonne réponse. Ce serait tellement bête d’échouer maintenant. Boris, voyant nos têtes, sembla s’amuser à faire durer le suspens. Allez quoi grouille qu’on sache !
Boris : …Rouen ! Bonne réponse les filles
Nous criâmes de joie en nous serrant dans les bras. On avait réussi ! Mon instinct avait donc été bon. Boris nous apposa le second tampon sur la main.
Boris : Rouen est en effet situé en Haute-Normandie. Tours n’est par contre pas du tout à l’Est mais à l’Ouest, dans la région Centre. Tulle est effectivement dans le Sud près de Brive-la-Gaillarde dans le Limousin, et enfin Rennes en Bretagne.
Louise : J’étais complètement à côté de la plaque x) Heureusement que tu m’as pas écouté sinon on aurait perdu
Boris : L’essentiel c’est vous ayez réussi. Maintenant la dernière épreuve. Vous allez devoir vous rendre à la ligne d’arrivée, le plus rapidement possible. Difficulté : elle n’est pas indiquée sur la carte. Ce sera donc à vous de la trouver. Bonne chance les filles
Nous le remerciâmes et partîmes d’un bon pas. La dernière zone était presque aussi grande que la première, alors trouver où se situait la ligne d’arrivée allait être rude.
Moi : Mince, on a oublié de demandé à Boris si d’autres groupes étaient déjà à l’étape 3 !
Louise : Ah oui merde ! Ba du coup vu qu’on sait pas on doit se bouger pour trouver l’arrivée le plus rapidement possible.
Il était dix-sept heures, le soleil commençait déjà à descendre à l’horizon. Lentement, nos ombres s’allongeaient sur le sol de même que celles des arbres qui nous entouraient.
Chapitre 40: Règlement de comptes
Nous pressâmes le pas. Mais toujours aucune arrivée en vue. Le stress commença à monter en moi. La zone était très grande alors que le temps qu’il nous restait rétrécissait. Nous devions maintenant être nombreux à être à la dernière étape, même si nous n’avions encore croisés personne. C’était vraiment sadique de nous avoir planté là, sans indice. Nous sortions parfois du sentier, pour voir si l’arrivée n’était pas là, mais nous revenions bien vite sur le chemin, de peur de nous perdre.
Moi : Nan mais ça fait chier la sérieux ! On va pas tourner en rond pendant des heures et des heures quand même !
Louise : Tu crois qu’on pou…
… ?: HEY LES FILLES !!
En entendant qu’on nous appelait, nous nous retournâmes. Il me semblait avoir reconnu la voix de Rosa, et je ne m’étais pas trompée. Mais cette dernière était malheureusement accompagnée de son coéquipier, la personne que je désirais le moins voir au monde, Castiel. Nos yeux se croisèrent l’espace d’un instant, mais je les détournai bien vite pour porter toute mon attention sur Rosa.
Louise : Qu’est-ce que vous faites là ?
Rosa : La même chose que vous je suppose. On cherche la sortie, et je commence vraiment à en avoir marre de ne pas la trouver.
Castiel : Tu t’attendais quand même pas à ce qu’ils te mettent des flèches rouges fluos au par terre comme dans les avions… -_-
Rosa : Nan, pas à ce point, mais quand même. Ils auraient pu donner quelques indices !
Moi : C’est clair
Rosa : Du coup, ça vous dirait qu’on fasse route ensemble ? Tant qu’à faire ?
Moi : Et si on trouve l’arrivée, on fait comment ? Je crois pas qu’ils accepteront que deux équipes gagnent e même temps
Castiel : Ce sera au plus rapide
Louise : Moi ça me va
Génial ! Absolument génial. J’allais passer le reste de la course avec la personne que j’évitais le plus depuis deux jours. Ça me dérangeais pas qu’il y ait Rosa. Mais Rosa n’allait pas sans Castiel. Le pire, c’était que je ne devais pas montrer que je ne voulais pas rester avec Castiel, sinon les filles allaient trouver ça louche, et poser des tas de questions, ce que je voulais justement éviter. Je forçai donc un petit sourire, pour faire croire que j’étais contente. À ma grande déception, je vis Louise et Rosa commencer à parler et prendre les devants, me laissant derrière avec le rouquin. Il me regarda, pour savoir quoi faire. Je lui fis un signe de la main, pour lui faire comprendre de passer devant. Il soupira tristement, mais le fit quand même. Quand il fut assez loin, je me mis lentement en marche à mon tour. Pour passer le temps, je sortis mon crayon et la carte de ma poche et commença à l’étudier. Je fis une croix à chaque endroit (si je ne me trompais pas) où nous étions allées, sans succès. Il en restait encore beaucoup d’autres.
Castiel : On est déjà allé voir par là, ici, ici, et là (montre des point sur la carte)
Je relevai la tête surprise. Je ne l’avais pas entendu approcher et se mettre à côté de moi. Nous nous regardâmes quelques instants, avant de baisser les yeux sur la carte, et de faire d’autres croix dessus, aux endroits qu’il venait de m’indiquer. Ça faisait des endroits en moins à aller voir.
Moi : Merci
Je le remerciai d’une petite voix et assez froidement avant d’accélérer, pour essayer de rejoindre les filles qui étaient maintenant très loin de nous. Je n’avais pas envie de lui adresser la parole, même pour le cadre de la course. J’avais donc la ferme intention de mettre autant de distance possible entre lui et moi. Sauf que le rebelle m’attrapa le bras, me forçant à me retourner et à lui faire face. En le regardant bien, je vis que la tristesse avait fait place à la détermination.
Castiel : Faut qu’on parle
Moi : Je crois que tout a été dit
Je me défis de son emprise et voulus me retourner, mais de nouveau il me rattrapa et me tira, cette fois beaucoup plus près de lui. Cette soudaine proximité me mit mal à l’aise. Non, je ne dois pas faiblir et retomber dans ses bras, pas après tout ce qu’il m’a fait. Ce serait trop simple. Je devais lutter. Je calmai donc ma respiration et le regardai droit dans les yeux.
Moi : Quoi ?
Castiel : On peut pas rester comme ça. Je veux dire…en froid
Moi : Il me semble que ça te dérangeait pas il y encore quelques jours
Castiel : Oui mais ça c’était avant que Lysandre me dise ce qui c’était passé !
Moi : Ah, c’est donc Lysandre qui t’as dit… T’es vraiment qu’un sal lâche
Je voulus me dégager mais il resserra son étreinte, m’empêchant de partir. Je me débattais, mais rien à faire, il ne voulait pas me lâcher.
Moi : Lâche-moi !
Castiel : Non ! Pourquoi tu dis que je suis lâche ?
Moi : Parce que tu n’as pas eu les couilles de venir me demander en face ce qui c’était passé ! Tu es, comme d’habitude, allé voir Lysandre. Et je dis comme d’habitude, parce que la dernière fois aussi, quand tu es sorti du coma, il me semble que c’est lui qui t’a tout raconté.
Il fut tellement pris de court par ce que je venais de dire, qu’il relâcha inconsciemment mon bras, et je pus me défaire de son emprise. Je n’avais pas envie de me prendre la tête. Pas aujourd’hui en tout cas. Cette journée avait bien commencé, et je voulais que ça continue. Et puis je n’avais pas vraiment encore totalement digéré, alors je risquai à tout moment de péter les plombs sans pouvoir me retenir. Et oui, parce que moi je suis une cocotte-minute. Je garde, je garde, mais un jour ça explose. Je lui jetai un dernier regard noir, avant de faire demi-tour avec l’intention de rejoindre les filles. Mais là, mon cœur s’arrêta. Nous étions seuls. Je courus sur quelques mètres, mais rien. Louise et Rosa avaient tout simplement disparu. Elles n’avaient sûrement pas du voir que nous nous étions arrêtés, et avaient continué d’avancer, pensant qu’on les suivait. C’était la cata ! Non seulement j’allais devoir rester plus longtemps avec Castiel, mais il commençait dangereusement à faire noir. Castiel me rattrapa et regarda tout autour de nous.
Castiel : Elles sont où ?!
Moi : Parties ! Putain, merci beaucoup…
Castiel : Ça va, on a une carte, on les rejoindra rapidement.
Je regardai ma main pensant y trouver notre unique moyen de repère, mais elle n’y était plus. Je levai des yeux affolés sur Castiel
Moi : Elle est où ?!
Castiel : Comment ça elle est où ? Ne me dis pas que tu l’as perdu ?!
Moi : J-j’en sais rien ! Je la tenais jusqu’à….jusqu’à ce que tu commences à te jeter sur moi ! Elle a du m’échapper des mains à ce moment.
Je m’attrapai nerveusement les cheveux tandis que Castiel lâcha un cri de rage et donna un coup du plat de sa main sur le tronc d’un arbre. La situation dégénérait à une vitesse folle. Voilà que nous étions perdus au beau milieu de la forêt, en début de soirée. Et d’ici une vingtaine de minutes, il ferait totalement noir. Je commençais sérieusement à paniquer. Déjà que j’avais une peur bleue du noir, je n’étais pas forcément à  l’aise au cœur de la nature. Alors maintenant que les deux étaient réunis, je n’étais pas sûre de tenir le coup. Je tentai de me calmer
Moi : Tout va bien, on va nous retrouver, on va retrouver l’arrivée, tout va très bien se passer, ça va aller, ça…
Castiel : Comment tu veux que ça ailles franchement ?!
Moi : Hey descends d’un ton ok ?! Commence pas à t’énerver sur moi c’est de ta faute tout ça !
Castiel : De ma faute ?! T’es pas sérieuse là j’espère       
Moi : Oh que si je suis sérieuse. Qui a commencé à m’agripper les bras me faisant lâcher la carte ?
Castiel : T’avais qu’à m’écouter gentiment et on en serait pas là
Moi : Oh je vois. Rejeter la faute sur les autres, monsieur sait faire, mais par contre assumer ses responsabilités, c’est trop dur.
Castiel : Quoi ?! Mais…
Moi : Nan tu sais quoi ? J’ai même pas envie d’entendre tes excuses. J’me casse
Castiel : Ah ouais ? Et pour aller où ?
Moi : Ba trouver la sortie. Si toi tu préfères passer la nuit c’est ton problème, mais moi je reste pas ici une seconde de plus.
Je fis demi-tour et m’en allai, prenant la direction qu’avait du prendre Louise et Rosa. Mais quel abruti ! Il pensait que quoi ? Que j’allais juste lui faire la gueule quelques jours et après lui sauter dans les bras ? Il s’était bien fourré le doigt dans l’œil. J’étais vraiment énervée, et j’étais bien décidée à lui montrer. Avec ou sans carte, avec ou sans Castiel,  j’allais retrouver la sortie, et quitter cette forêt de malheur. Pff…cette course était vraiment en train de tourner au désastre. J’entendis Castiel soupirer mais se mettre lui aussi en route. Rapidement, il me rejoignit.
Nous marchâmes un long moment, en silence, suivant toujours le sentier. La nuit tomba sur la forêt. Il faisait maintenant noir. Nous allumâmes les lampes torches sur nos téléphones, histoire de voir où nous allions. J’avais l’impression que nous marchions depuis des heures. Soudain, le vent froid de la nuit se leva. Je me mis à grelotter de tous mes membres. Nous ne tiendrons pas bien longtemps avec ce froid.
Castiel : Putain nan mais elle est où leur arrivée ?! Ça fait trois cents ans qu’on tourne en rond !
Moi : Tu t’attendais quand même pas à ce qu’ils te mettent des flèches rouges fluos au par terre comme dans les avions
Castiel : Oh ça va la ferme. Je suis pas d’humeur
Moi : Non, sans blague ?! J’avais pas remarqué. Tu ferais mieux de te calmer. C’est pas en t’énervant qu’on arrivera plus vite
Castiel : Oh oui, c’est vrai, j’avais oublié que madame avait réponse à tout
Moi : Certainement plus que toi
Castiel : Ça y est tu recommences avec ça…
Moi : Et oui, je recommence. Parce que excuse-moi, mais j’ai de bonnes raisons de le faire. Si tu étais directement venu me voir, on n’en serait pas là. Mais comme d’habitude, ton égo surdimensionné d’homme t’en a empêché
Castiel : C’est faux !
Moi : Ah oui ?
Castiel : Oui
Moi : Ba moi tu vois, j’en suis pas si sûre
Castiel : Mais qu’est-ce que tu en sais hein ? Tu ne sais rien de ce qui m’a retenu !
Moi : Oui, j’en sais rien. Comme je me rends compte que je ne sais rien absolument rien de toi
Castiel : Mais pourquoi il faut que tu dramatises toujours tout ?!
Moi : Et toi que tu prennes toujours tout à la légère ?!
Nous nous arrêtâmes, et nous regardâmes droit dans les yeux, nous défiant. Je ne comptais pas lui céder un seul morceau de terrain. J’avais des tas d’arguments dans mon sac. Je sentais la colère monter en moi. La petite Chloé toute fragile était partie. Je ne comptais plus verser une seule larme pour lui.
Castiel : Je ne prends pas les choses à légère ! Tu n’es pas devineresse pour savoir ce qui se passe dans ma tête !
Moi : Peut-être mais c’est l’impression que tu donnes
Castiel : Et toi alors ?
Moi : Comment ça et moi ?!
Castiel : Tu joues double-jeu. Un jour la bonne amie, le lendemain l’aguicheuse 
Moi : AGUI…
… ?: GRRRRRRR
Alors que nous étions en train de nous crier dessus, un grondement sinistre se fit entendre derrière nous. Nous nous arrêtâmes instantanément, et nous retournâmes lentement, regardant dans la direction d’où venait le bruit. J’éclairai devant moi grâce à la lumière de mon téléphone. Mais on ne voyait guère à plus de cinq mètres. C’était très effrayant. Je sentis la peur refaire surface d’un seul coup. Nous restâmes immobiles et ne fîmes aucun bruit pendant plusieurs secondes, mais plus rien ne se passa. On entendait le bruit des feuilles agitées par le vent, au loin le son du torrent, mais rien de suspect. Soudain, une question m’effleura l’esprit : y avait-il des bêtes sauvages ? Rien que d’y penser, je frissonnai.
Soudain, le bruit se fit de nouveau entendre, plus proche.  Je balayai lentement la zone devant avec la lampe. Soudain je me figeai. En éclairant un buisson, je vis des yeux jaunes luisant me fixer intensément. En croisant le regard de cette chose, je fus paralysée. Mes mains tremblantes se crispèrent sur mon téléphone. Mon cœur manqua un battement, et ma respiration se coupa. Les yeux brillant dans le noir, semblaient tout droit sortis de l’enfer. Terrorisée, j’appelai Castiel dans un murmure
Moi : (chuchote) Cast…
Castiel : (chuchote) Chut…
En nous voyant commencer à nous agiter, la chose se remit à gronder de plus belle.  Castiel vint à pas feutrés se placer derrière moi. Il approcha ses lèvres de mon oreille pour que je puisse l’entendre.
Castiel : (chuchote) Dès que je te le dirais, cours sans t’arrêter
J’hochai très lentement la tête, pour lui faire comprendre que j’avais compris. La bête, ou la chose…enfin peut importe ce que c’était, mais ce qui nous observait remuait et grognait de plus en plus, et menaçait de se jeter sur nous. Je n’arrivais pas à détacher mes yeux de ceux de la bête. J’avais peur qu’à l’instant où je détournerai le regard, elle se jette. Puis d’un coup, Castiel me poussa
Castiel : COURS !!
Je fus prise de cours, mais l’adrénaline me fit réagir à temps. Je mis à courir comme une dératée dans la forêt, slalomant à travers les arbres. J’entendis un grand rugissement derrière moi, et quelque chose bondissant d’en dehors du buisson devant lequel nous nous trouvions quelques instants plus tôt. Je tournai la tête et vis un énorme ours qui nous poursuivait. Je devins livide et pâlis à sa vue. Il avait la gueule grande ouverte, et de longs filets de bave s’en échappaient. Ses yeux brillaient de mille feux et des flammes semblaient en jaillir. Me voyant ralentir, Castiel me cria :
Castiel : T’ARRÊTES PAS !! COURS !
Je repris rapidement mes esprits, me retournai la tête pour regarder droit devant moi. Le paysage défilait à une allure folle tandis que je courais.
Chapitre 40: Règlement de comptes
Je courais à en perdre haleine, sans savoir où j’allais. J’entendais derrière moi les lourds pas de l’ours s’approcher dangereusement de nous. Nous avions depuis longtemps quitté le sentier, et je n’avais aucune d’où nous étions ni de vers où nous nous dirigions.
Soudain, il n’y eu plus de chemin. Je freinai d’un coup, et juste à temps. Je venais juste de m’arrêter au bord d’un précipice. Il n’y avait plus de route. Je voulus faire demi-tour et prévenir Castiel, mais celui-ci, toujours en pleine course, n’eut pas le temps de freiner. Il me rentra dedans de plein fouet. Soudain, le sol se déroba sous mes pieds. Je me sentis tomber dans le vide. L’air fouettait mon visage. Je vis, au-dessus de moi, l’ours qui s’arrêta au bord du précipice, et qui lâcha un terrible rugissement. Ce fut la dernière chose que j’entendis avant d’heurter violemment le sol.
 
Et là, ce fut le trou noir.
 
Fin PDV Chloé :
PDV Lysandre :
Moi : Mais où sont-ils ?!
Rosa : Je n’en sais rien ! On marchait devant, ils nous suivaient, puis quand on s’est retournée, ils n’étaient plus là
Louise : Ils ont du nous perdre de vue
Je faisais les cents pas. Rosa et Louise étaient arrivés il y a maintenant une heure et demie, et toujours aucun signe de vie de Castiel et de Chloé. Ils auraient du être là depuis longtemps. Il faisait nuit, et tout le monde était déjà arrivé. Certes, l’arrivée avait été dure à trouver, étant donné qu’elle était  proche de l’endroit où nous avions eu l’énigme à la fin de l’étape deux, et que personne n’avait vraiment tout de suite pensé à commencer par chercher là, mais tout de même. On commençait sérieusement à s’inquiéter pour eux. J’avais signalé leur absence à la directrice, et de nombreux élèves s’étaient portés volontaires pour aider dans les recherches avec les professeurs.
J’étais vraiment très inquiet. La forêt était grande, et il était très compliqué de se repérer la nuit. Et c’était également très dangereux. Ils pouvaient tomber dans le torrent et se noyer dans les rapides, chuter d’un des nombreux précipices ou encore tomber sur des animaux sauvages. Je soupçonnais Castiel et Chloé de s’être disputé, et d’avoir perdu la trace des filles. Et étant donné qu’ils étaient en froid, ils mettraient un temps fou avant de retrouver l’arrivée. Il fallait donc qu’on les retrouve au plus vite, ou sinon ils risqueraient de ne vraiment pas être en sécurité.
Rosa : C’est de notre faute, on aurait du vérifier qu’ils nous suivaient. On n’aurait pas du prendre les devants comme ça
Je m’approchai de ma belle-sœur et la prit dans mes bras. Elle se mit à pleurer à chaudes larmes. Je comprenais son inquiétude et le fait qu’elle se sente en partie responsable. Je lui caressai doucement le dos pour la réconforter
Lysandre : Chut, ça va aller. On va les retrouver
Rosa : On a déjà perdu Guillaume. Je veux pas les perdre
En disant ça, elle se remit à pleurer de plus belle. J’avais justement pensé à la même chose, et cette éventualité m’effrayait terriblement. Rien que l’idée de perdre mon meilleur ami, et ma confidente, me faisait frissonner d’horreur. Je dus pourtant me ressaisir, et ne pas me laisser envahir par la peur. Rien n’était encore perdu.
Lysandre : Ne t’inquiète pas, on va les retrouver
Du moins je l’espère. Je levai les yeux au ciel. S’il vous plait, faites qu’ils aillent bien.
 
Fin PDV Lysandre
PDV Chloé
 
Je battis lentement des paupières, puis finalement, je réussis à ouvrir les yeux. Je vis le ciel, où les étoiles brillaient de mille feux. Je voulus me redresser, mais une atroce douleur au dos me fis lâcher un cri et me força à me rallonger. J’essayai de me rappeler ce qui c’était passé. Ah ça y est ! L’ours…la course poursuite…puis la chute. Étant dos au précipice, c’était moi qui avait du heurter le sol la première, encaissant en plus le poids de Castiel. Oh quel vaine ! Mon dos me faisait atrocement mal, mais sinon à part ça, je n’avais pas l’impression de souffrir autre part. Les hautes herbes avaient surement dut amortir notre chute.
Je sentis un poids sur mes jambes. En soulevant juste la tête, je vis Castiel, allongé, inconscient. Je secouai mes jambes pour essayer de réveiller, en espérant qu’il ne soit pas trop amoché.
Moi : Castiel
Aucune réponse. J’essayai de bouger mes jambes avec plus de force, mais il était quand même lourd, alors ce fut quelque peu compliqué, mais je ne me décourageai pas. Mais son silence commença quand même à m’effrayer
Moi : Castiel ! Allez réveille toi ! Castiel !
___________________________________________________
Coucou tout le monde! J'espère que ce chapitre vous a plu ^^
La course qui avait pourtant bien commencée tourne au désastre, au plus grand malheur de Chloé qui se retrouve coincée avec Castiel. L'occasion de livrer tout ce qu'elle avait sur le coeur. Mais arriveront-ils à s'en sortir suite à leur chute? Suite au prochain épisode.
Bisous les gens <3

Publié dans Saison 2

Commenter cet article

Laptitebakayandere 13/07/2016 04:20

Wsshhh ! ^•^ alors commençons par le commencement
TU TUE CASTIEL JE TE TUE.
Nn sérieux fait pas sa ╥﹏╥ c une meuf qui a le mot yandere dans son pseudo qui tdemande sa pitié ta pas ldroit ╯﹏╰
Castiel nn mais CASTIEL ! Nn ta pas ldroit déjà tu nous a retirer guigui.... V FAIRE UNE PETITION *^* ou lire la suite ^ω^
Voila sa c t la première partie ^o^ maintenant abordons leurs cher scène de ménage x) nn sérieux ils sont même pas ensemble et pourtant ils se parlent comme un couple c t trop drole y sont trop chous en plus j'avais resons y sont retrouver que tt les deux `(*∩_∩*)′bon c t pas si "cute " que sa... N'empêche g kiffer ≥3≤ (nn je nsuis pas lunatique = ̄ω ̄= hé hé )

Laptitebakayandere 14/07/2016 16:08

J'y avait pas penser c une bonne idée sa *O* ! Et dr ≥3≤

Castiel- Chloé fiction AS 13/07/2016 19:39

Hahaha tu verras bien. Et puis au pire tu vas me tuer comment? Tu tires une balle à travers ton écran en espérant qu'elle traverse une porte spacio-temporelle et me touche? x) C'est clair qu'on dirait un vieux couple ;) Merci ^^

Bemola 12/06/2016 17:35

Cool !! :D

Bemola 11/06/2016 21:40

Coucou !! J'adore les adores TOUS (les épisodes XD)
PS: il sort quand le prochain ?? T.T

Castiel- Chloé fiction AS 12/06/2016 12:09

Coucou! Merci ^^ Le prochain sort aujourd'hui

Lakosovarde 10/06/2016 18:54

Enfin je l'ai eue ma confrontation d'amour xDD
Nan mais le chapitre il était surkiffant bravo comme d'hab quoi
Nan mais c une blague hein tu vas pas faire tuer Castiel si tu fais sa T LA MEUF (ou mec on sait jamais xD) LA PLUS SADIQUE DE LA TERRE
TUE PAS CASTIEL T.T
Mais enfait g kiffer ce chap il y avait trop d'action et tout bref continue

Castiel- Chloé fiction AS 12/06/2016 12:09

Merci ^^ Haha tu verras bien (et je suis bien une meuf XD)

gwendoline 10/06/2016 00:02

J'ai hâte d'être au prochain chapitre sinon superbe fic

Castiel- Chloé fiction AS 10/06/2016 14:18

Merci ^^

Yoummy 08/06/2016 12:38

OMG tes chapitre sont toujours aussi géniaux ^^

Ce chapitre je les adorer mes j'ai trop envie de connaitre la suite c tellement frustrant d’attendre X)
Mais stp NE FAIT PAS MOURIR CASTIEL OU CHLOÉ !!! Pleaz tout le monde peut crever sauf eu XD Je dit sa car on c que tu est capable de tout donc ne termine as comme sa

Castiel- Chloé fiction AS 10/06/2016 14:18

Merci ^^ Haha on verra si je suis d'humeur clémente x)

Ardnalyl 06/06/2016 21:58

Coucou ! Wouaaaaaaaaaaaaw génial ce chapitre .!!!!!!!Moi qui me disait que dans le chapitre précèdent il n'y avait pas de confrontation avec Cast et Chloé et pas beaucoup d'action ( même si il était quand trop classe ;) ) là je suis servi . En plus l'ours et tout ke tralala vraiment super !!!!!!!!!!
Mais j'espère qui vont quand même s'en sortir parce que ce n'est pas sympa de ta part de finir comme ça ;-) !!!!!!

Castiel- Chloé fiction AS 07/06/2016 17:49

Coucou! Merci ^^ Haha x) on verra ;)

Akinaru 06/06/2016 02:16

Salut. Aaaaaaaaaaaaaaaaah!!!!! C'est quoi ce chapitre de malade il est trop trop bien. Quand je dis que la forêt c'est dangereux maintenant on me croirera :p Castiel je te demande pardon mais s'il te plait reveille toi je promet de plus te critiquer enfin j'essayerais mais reveille toi !!!

JusteTu ne peux pas nous laisser attendre 1 semaine pour la suite c'est trooop cruel :p
super chapitre comme d'habitude salut ;)

Castiel- Chloé fiction AS 07/06/2016 17:46

Salut! Merci ^^ Oui maintenant tout le monde sera obligé de te croire. Et si je vais vous laissez attendre x) À plus ;)

Alexis 05/06/2016 23:07

Ct un super chapitre coco !!! J'ai adoré mais j'avoue tu es trop cruelle srx pk tu finis ça comme ça XD? J'étais en plein dedans et là boum: "Coucou tout le monde..." Sale SADIQUE!!!!Sinon ct vraiment top :D

Alexis 05/06/2016 23:07

Ct un super chapitre coco !!! J'ai adoré mais j'avoue tu es trop cruelle srx pk tu finis ça comme ça XD? J'étais en plein dedans et là boum: "Coucou tout le monde..." Sale SADIQUE!!!!Sinon ct vraiment top :D

Castiel- Chloé fiction AS 07/06/2016 17:42

Merci Lexi ^^ Haha ça va aller. Et oui je sais x)