Chapitre 46: Confrontation

Publié le par Castiel- Chloé fiction AS

PDV Chloé :
 
À L’AIDE !!! AIDEZ-MOI !!! JE VAIS PLUS TENIR !!!
Quatre jours que je suis là, et je suis déjà à bout de nerfs ! J’ai regardé sept films, finis déjà deux de mes livres et compté (approximativement) le nombre de carreaux par terre. Je veux bouger ! Courir, sauter, ou n’importe quoi d’autre. Les seules fois où je peux me lever c’est pour aller pisser et me doucher. Marre à la fin ! Castiel passe me voir en fin de journée après les cours, les autres me passent quelques coups de fils pour avoir de mes nouvelles, mais de tout ça ne vaut le plaisir d’être avec eux.
J’avais appris la paix qu’avaient faite Cast et Nath, ainsi que l’arrivée surprise du frère de Rosa. Frère, dont personne ne connaissais l’existence. Je me demande pourquoi elle ne nous a jamais parlé de lui. En tout cas, ce qui est sur, c’est qu’on en apprend tous les jours.
On était mercredi en début d’après-midi. J’étais en train de zapper les chaînes de ma télé, en quête d’un truc bien, quand on toqua à ma porte.
Moi : Entrez !
La porte s’ouvrit et je vis un troupeau débarquer. Toute la petite bande était là. Tous souriants. En les voyant, je souris instantanément.
Moi : Tiens, je savais pas que c’était journée porte ouverte ! x)
Ma meilleure amie se jeta sur moi et me serra dans ses bras. Je lui rendis son étreinte. J’étais bien contente de la revoir. De les revoir tous. Je les embrassai tous. Quand ce fut le tour du Castiel, il y eut des petits sifflements. Ça me fit rougir un peu. Mais bon, après c’était normal qu’il fasse ça. Depuis le temps qu’ils disaient qu’il fallait qu’on se mette ensemble. Et puis, moi à leur place j’aurais aussi fait la même chose ^^
Lysandre : Alors comment vas-tu ?
Moi : Bien. Tellement que mes jambes me démangent à force de ne rien faire.
Rosa : Et bien c’est pour ça qu’on est là ! On est venu passer toute l’après-midi avec notre miss-catastrophe-handicapée préférée ! Et pour ça…TAA DAAAA !!! Jungle Speed ! Tous en place les enfants !!
C’est pas croyable. J’ai vraiment des amis en or moi. Je m’assis sur le lit, en les autres prirent des chaises (récupérées dans d’autres chambres) qu’ils installèrent autour du lui. Nous passâmes toute l’après-midi à jouer comme des petits fous. Jungle Speed, Uno et encore pleins d’autres jeux de société. Plusieurs fois des infirmiers sont venus nous dire de faire moins de bruit, mais à chaque fois, on recommençait. Je vais vous dire…j’ai passé une après-midi de folie !!! Ça faisait longtemps que je m’étais pas autant éclatée !
Quand nous eûmes finis de jouer, nous nous posâmes tranquillement et nous commençâmes à discuter de tout et de rien dans une bonne humeur totale. Puis soudain, Rosa se racla la gorge. Tout le monde se tourna vers elle. Elle prit une grande inspiration avant de dire.
Rosa : Je crois que je vous dois des explications…
Leigh : Ne te sens pas forcée…
Rosa : Non, je suis prête. Je voudrais juste que personne ne m’interrompe.
Nous hochâmes tous la tête pour montrer notre accord. Leigh serra la main de sa petite-amie pour lui donner du courage et lui sourit tendrement. Elle lui rendit son sourire, puis se tourna face à son public.
Rosa : Alexis est mon frère aîné d’un an. Déjà quand on était gosse, il avait la fâcheuse tendance à frapper et donner des coups. Je fus donc la première à m’en prendre. Là, j’ai commencé à avoir peur de lui. En grandissant, c’est devenu pire. Il tapait n’importe quelle personne qui le contrariait. Un regard de travers, une remarque. La première fois que vous l’avez rencontré les gars, c’était il y a dix ans. Vous vous souvenez, on jouait comme d’habitude dans le parc, puis il est arrivé. Il t’a poussé Castiel puis s’est mis en colère contre moi parce que je lui avais soi-disant volé son chapeau. Là, je vous ai dit que c’était mon voisin.
Notre amie fit une pause, le temps de nous laisser le temps d’assimiler. Je regardai le visage des trois garçons qui connaissaient Rosa depuis l’enfance. Il avait l’air de fouiller dans leur mémoire pour retrouver l’évènement dont elle faisait référence. Soudain, Castiel eut l’air de se rappeler. Ses traits se figèrent dans une expression de colère. Il voulut dire quelque chose, mais Lysandre l’arrêta juste à temps en posant sa main sur son bras. Mon petit-ami se fit violence pour ne pas exploser. Il  soupira de mécontentement, et se renfonça sur sa chaise en croisant les bras sur sa poitrine.
Rosa : Si…si je vous ai menti c’est que j’avais honte, je ne voulais pas que vous me fuyiez à cause de lui. Je pensais qu’il allait vous laisser tranquille et que vous ne le reverriez plus. Mais plus Alexis grandissait, plus il devenait agressif. Avec ses camarades, avec moi, mais aussi avec mes parents. Ils ne faisaient que se crier dessus. Alexis…renversaient les meubles, brisait tout ce qui était à porté de main, mon père criait, ma mère pleurait. Dès fois, il semblait même prêt à les frapper. Puis ma mère est tombée en dépression. À l’école, il se battait avec tout le monde, avec toi en particulier Castiel. Il aimait s’en prendre à vous parce que vous étiez mes amis. C’était sa manière de me faire souffrir. Je…je suis désolé. Je ne voulais pas tout ça. Je suis tellement désolé…
Notre amie fondit en larmes. Leigh se leva et vint la serrer dans ses bras. Rosa pleurait à chaudes larmes. Ça me brisait le cœur de la voir comme ça. Derrière son masque d’hystérique fo-folle toujours souriante, se cachait un passé plus sombre que personne n’avait jamais soupçonné.
Leigh : Chuuut. On ne t’en veux pas ma puce. Ce n’est pas ta faute
Rosa : S-si ! À cause de moi, il vous faisait du mal
Castiel : Ce n’est pas de ta faute si ton frère est un salop. On choisit pas sa famille.
Lysandre : Tu n’as absolument rien à ne te reprocher. Et même si tu nous avais dit que c’était ton frère, jamais on ne t’aurait laissé tomber. Au contraire, on aurait été là pour te défendre plus souvent
Castiel : Si jamais su, je serais venu chez toi lui casser la gueule à cet enfoiré. S’en prendre à sa petite sœur, quel lâche !
La jeune fille, leva la tête et regarda ses trois amis, les larmes pleins les yeux.
Rosa : V-vous m’en voulez pas ? Après tout ce qu’il vous a fait ?
Leigh : Bien sur que non. Tu n’es pas responsable des actes de ton frère
Les deux autres hochèrent la tête pour montrer qu’ils étaient d’accord avec Leigh. Rosa sembla déchargée d’un lourd fardeau, qu’elle portait depuis bien trop longtemps. Elle reprit contenance et essuya ses larmes. Leigh, sans jamais lâcher sa main, repartit s’assoir sur sa chaise.
Annick : Et qu’est-ce qui s’est passé ensuite ?
Rosa : Il y a quatre ans, mes parents l’ont envoyé dans une école de redressement. Depuis ce jour, on n’a plus jamais eu de ses nouvelles. Jusqu’à …maintenant.
Louise : C’est pour ça que tu ne l’a pas cru quand il a dit qu’il avait changé ?
Rosa : Oui. Et je ne le crois toujours pas.
Castiel : En tout cas, s’il recroise ma route, il va avoir à faire à moi ce…
Rosa : Cast…
Castiel : Désolé mais moi quand tu me dis que cet enfoiré te frappait, ça me met en colère, et je me rappel aussi de toutes les fois où il est venu me chercher la merde à l’école. Je compte bien lui faire payer !
Moi : Je pense que pour l’instant, le plus important serait de savoir pourquoi il est revenu.
Rosa : Oui mais j’ai pas vraiment envie d’aller lui demander…
Louise : Tu veux qu’on le fasse pour toi ?
Rosa : Le truc, c’est que c’est une histoire de famille, et ça doit se régler en famille. Mais…je sais pas…j’ai peur que tout redevienne comme avant…
Lysandre : Ne t’inquiète pas, on ne le laissera plus te faire du mal
Rosa : Je sais, mais en vérité, ce n’est pas ça qui m’inquiète. J’ai peur de redevenir invisible…
Keycie : C’est-à-dire ?
Rosa : Quand il était là, les parents n’en avaient qu’après lui. Je sais que le rêve de ma mère était, et est toujours d’avoir un fils qui serait connu, riche, et qui aurait une place importante. Moi je suis juste…la roue de secours. Mes parents ne se sont presque jamais occupés de moi. La plupart du temps, c’était ma gouvernante. Jamais ils ne jouaient avec moi, ne discutaient avec moi. C’était comme si j’existais pas. Quand Alexis est parti, c’est que là qu’ils ont commencé à s’intéresser à moi. Et j’ai peur que maintenant, ba…ça recommence
Lysandre : C’est pour ça que quand on était petit, tu passais tout ton temps avec nous, et que jamais tu ne nous invitais chez toi…
La jeune fille hocha tristement la tête. Jamais je n’aurais soupçonné que Rosa avait eu une enfance aussi malheureuse. Elle qui est toujours souriante, débordante d’énergie et de vie, cachait en fait un grand secret, que même ses amis de toujours ignoraient. Devant autant de révélations, il y avait un calme plat dans ma chambre. Chacun assimilait les informations qu’il avait reçues. Pour ma part, je me demandais ce qu’allait faire Rosa. Parler à son frère. Ne pas parler à son frère. Le croire. Pas le croire. Elle était dans une position délicate. Mais il faudrait bien qu’un jour ou l’autre, ils se parlent pour mettre les choses au clair. Elle ne pourrait plus fuir son frère éternellement.
Leigh : Il se fait tard, on devrait partir
Les autres acquiescèrent, et tous se levèrent. Ils s’approchèrent tous de mon lit me faire la bise. Je les remerciai d’être venus me voir. Leur présence m’avait fait un bien fou. Alors que Keycie me disais au revoir, je remarquai quelque chose d’étrange. Comme si…elle m’en voulait. Castiel m’avait dit qu’il lui avait parlé. Il faudra vraiment que je lui parle quand je sortirais. Je ne veux pas qu’on soit fâché. Quand ce fut au tour de Rosa, je la serrai très fort dans mes bras. Ça me tuai d’être coincée dans ce foutu lit d’hôpital et de ne rien pouvoir faire. Mais j’allais revenir la semaine prochaine.
Lysandre : Tu viens Cast ?
Castiel : Nan, je vais rester
Tous eurent un petit sourire en coin et des regards malicieux quand ils entendirent ça. Ils s’imaginent quoi, qu’on va faire des galipettes à l’hôpital ? Lol !!!!!! Les autres dirent donc aussi au revoir à Castiel. Celui-ci, prit Rosa dans ses bras et la serra longuement, avant de l’embrasser sur le front. C’était la première fois que je le voyais aussi protecteur avec elle, lui qui d’habitude ne montrait pas ses sentiments. Il existait réellement un lien puissant qui unissait Castiel, Lysandre, Leigh et Rosa. Un lien beaucoup plus fort que de l’amitié. Ils étaient comme des frères et sœur de cœur. Chacun était près à faire l’impossible pour aider un autre. Les amitiés comme ça, c’est vraiment très rare, mais elles sont indéfectibles.
Quand toute la petite bande eut quitté la chambre, Castiel empila toutes les chaises, et n’en garda qu’une qu’il plaça près de la petite table. Puis, il grimpa à côté de moi sur le lit. Sans hésitation, je vins me blottir contre lui.
Moi : C’est dingue cette histoire….
Castiel : C’est clair. Le pire, c’est que nous, depuis toutes ces années, on n’a jamais rien remarqué ! Elle paraissait à chaque fois normale, souriante, surexcitée…comme d’hab quoi ! Et jamais quand son bâtard de frère venait nous chercher la merde, il ne parlait d’elle. Et j’avais jamais vraiment remarqué une ressemblance entre les deux.
Moi : Elle avait jamais des...des bleus ou des trucs du genre ?
Castiel : Je me souviens plus trop…mais si elle en avait, elle devait les cacher pour qu’on ne les remarque pas. Ça me rend fou je te jure ! Dire que je pensais que ce petit morveux venait se battre avec moi juste pour se la péter et montrer qu’il avait de la force. Alors qu’il ne faisait ça que pour…pourrir la vie de Rosa ! Ça me donne des envies de meurtre ! En plus, quand je l’ai vu avant-hier, il me semblait bien que je l’avais déjà vu. En dehors du fait qu’il ressemblait à Guillaume, il me rappelait quelqu’un. Mais jamais j’aurais pensé que c’était lui.
Moi : Et tu le crois quand il dit qu’il a changé ?
Castiel : Les types comme lui, ça change pas
Moi : Hmmm…pourtant j’en connais un qui était pas mal non plus dans son genre mais qui a réussi a changé…
Je levai des yeux moqueurs vers lui. En voyant mon regard, il comprit que je parlais évidemment de lui, et me sourit en retour.
Castiel : Nan mais moi j’étais pas un cas désespéré ^^ Lui…t’aurais vu comment il était…Même s’il dit qu’il a changé, il risque d’avoir toujours ses vieilles habitudes, qui elles, ne seront pas totalement parties.
Moi : Alors il faudra tout faire pour les faire totalement disparaître, pour son bien, et celui de Rosa.
 
Fin PDV Chloé
PDV Rosa :
 
Je me sentais libérée d’un poids. Avoir livré ce secret que je portais depuis toutes ces années m’avait fait un bien fou. Mes amis m’avaient comprise, mieux encore, ne m’en avaient pas voulu. Surtout Castiel, Lys et Leigh. J’avais vraiment eu peur qu’ils soient fâchés contre moi, car je leur avais menti durant de longues années. Mais maintenant qu’ils savaient toute la vérité et qu’ils ne m’en voulaient pas, je me sentais soulagée. Je savais que j’aurais du le leur dire depuis bien longtemps déjà mais…je n’en avais jamais eu le courage. Enfin, plus la peine d’y penser maintenant.
J’étais dans la voiture, avec Leigh et Lysandre, qui me raccompagnaient chez moi. Nous n’avions pas parlé depuis que nous avions quitté l’hôpital. Je regardai dehors pas la fenêtre. Depuis qu’Alexis était revenu, je n’aimais plus rentrer chez moi. Ça me rappelais mon passé avec tous ses mauvais souvenirs.
Quand enfin la voiture se gara devant mon portail, je redevins anxieuse. Je regardai ma maison avec appréhension. Leigh dut le voir, car il prit ma main. En sentant ce doux contact, je me retournai, et souris à mon petit-ami qui me regardait l’air inquiet.
Leigh : Ça va aller ?
Moi : Oui ne t’inquiète pas
Lysandre : S’il t’arrive quoi que ce soit, ou si tu as tout simplement envie de changer d’air, n’hésite pas à venir nous voir…comme avant
Moi : Merci les garçons
Je leur étais infiniment reconnaissante d’être si attentionné avec moi. Je ne pouvais pas rêvé mieux comme amis. Non…ils étaient ma famille. Ma vraie famille. Et c’était pour eux que j’allais me battre et remonter cette pente. J’allais affronter mon frère, et combattre mes démons du passé, pour eux. J’embrassai tendrement Leigh, et pris dans mes bras Lysandre. Je pris une grande inspiration, et descendis de la voiture. Je remontai l’allée dallée, pour arriver devant la porte. Je posai la main sur la pognée, et me chuchotai pour moi-même :
Moi : Allez Rosa, tu peux le faire
Décidée, j’ouvris la porte, et pénétrai à l’intérieur. D’un pas rapide, je traversai le hall d’entrée. Je ne voulais pas m’attarder. Ma chambre était le seul endroit où je me sentais en sécurité. Alors que l’escalier était en vue, on m’interpella.
Père : Rosa !
Je me retournai. Et merde…Je le sens pas. Je regardai en direction du salon, et vis mes parents sur le canapé, et mon frère assis sur un fauteuil. Qu’est-ce que je disais. À tous les coups, ils vont vouloir qu’on parle… À contrecœur et en trainant des pieds, je m’approchai. Arrivée devant eux, je croisais les bras sur ma poitrine et attendis. Alexis jouait avec ses mains nerveusement, tandis que mes parents se regardaient, comme s’ils ne savaient pas par où commencer.
Moi : Bon… vous aviez quelque chose à me dire ou je peux y aller ?
Mon ton avait été froid, pour leur montrer que je m’impatientais et que j’en avais déjà par-dessus la tête.
Mère : Alexis voudrait nous parler…à toi en particulier
Moi : Il a pas une bouche pour le faire tout seul ? T’as besoin de quelqu’un maintenant pour parler à ta place ?
Mère : Rosa je t’en prie, sois gentille avec lui…
Moi : Gentille ?! Tu rigoles là j’espère ! Est-ce qu’il l’a déjà été avec moi ?!
Père : Arrête de dire n'importe quoi Rosa, il ne t’a jamais rien fait
Moi : Il attendait juste que vous ayez le dos tourné. Mais ça bien sur, vous ne le remarquiez jamais hein !
Alexis : Rose…
Moi : Quoi ?! Dis-leur toi ! T’es un homme non, assume !
Père : Ça suffit Rosalya ! On n’est pas là pour chercher la guerre ! Ton frère est parti pendant quatre années dans une école spécialisée, et maintenant il est enfin de retour. Tu pourrais t’assoir avec nous, et écouter son histoire. Ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas retrouvé en famille
En entendant ça, je fus prise d’un rire amer. Je sentais la colère monter en moi. Cette colère que je refoulais depuis plusieurs années. Et cette fois-ci, je ne comptais pas m’arrêter avant d’avoir été entendue. J’avais trop longtemps été mise au second plan
Moi : Une famille ?! Rien que ça ?
Père : Rosalya, ne recommence pas…
Moi : Mais quand est-ce que vous comprendrez qu’on n’a jamais été une famille ?! Jamais !! Il n’y a toujours eu qu’Alexis. Vous n’en aviez que pour lui. Moi...je n’existais même pas
Mère : Ma chérie c’est totalement faux !
Moi : Ah oui ?! Dans ce cas la citez-moi un seul truc que vous avez fait rien qu'avec moi
Mes parents eurent l’air de réfléchir, puis baissèrent la tête. Bien sur qu’ils ne trouvaient rien, car il n’y avait jamais rien eu.
Moi : Et quand vous n’étiez pas avec Alexis, toi papa tu passais ton temps à bosser, et toi maman tu pavoisais dans la ville à dire à toute le monde à quel point ton fils était merveilleux. C’était Jeanne qui s’occupait de moi. Jamais vous ne passiez du temps avec moi, jamais vous ne me disiez que vous étiez fiers de moi. D’ailleurs, je sais que ton rêve maman, c’était d’avoir un fils qui serait reconnu par tous
Ma mère me regarda avec surprise, puis de honte. Et oui, je suis au courant. Une fois par hasard, j’étais tombé sur son journal intime, et j’avais lu ça. Ce jour là, j’avais eu le cœur brisé. J’ai appris par la même occasion que je n’avais jamais été désirée. Sachant qu’elle ne pouvait nier, ma mère se contenta de baisser la tête, et de pleurer en silence.
Moi : Vous pensiez vraiment que j’étais stupide à ce point ? Vous pensiez vraiment que je n’avais pas compris que j’étais juste la roue de secours ?!
Mère : Non. C’est juste que…que j’avais toujours rêvé d’avoir un fils…et ce rêve m’avait tellement aveuglé que, sans le vouloir, je te mettais de côté. Mais si tu savais à quel point je regrette, ma chérie…
Moi : Tu es sûre que c’est vraiment ça que tu regrettes ? C’est pas plutôt le fait que ton fils soit devenu délinquant et qu’il ait brisé ton rêve par la même occasion ?
En entendant ça, maman éclata en sanglot et partie s’enfuir dans sa chambre. Je l’avais blessé, mais je m’en foutais. Elle devait savoir que je lui en voulais. Alors elle pouvait pleurer, ça ne changerait rien.
Alexis : Est-ce que c’était vraiment nécessaire de faire ça ? Tu crois pas qu’elle a déjà assez souffert comme ça ?
Moi : Faute à qui ?!
Père : Rosalya…tout ce qu’on voulait, c’était repartir à zéro. Oublier le passé, et tout recommencer
Moi : Papa…c’est comme bâtir une maison sans fondations. Ça ne marchera pas. On ne peut pas juste…oublier comme ça. JE ne peux pas. Ce serait trop facile.
Alexis : Je comprends Rose. Je sais tout ce que je t’ai fais endurer. Je ne suis jamais comporté en frère. Je comprends que tu ne veuilles pas me pardonner après tout ce que je t’ai fait. Mais je te demande juste de m’écouter. Après à toi de voir si tu veux me croire ou pas.
Je plongeai mon regard dans celui de mon frère. Il avait l’air sincère. Mais je l’avais vu tellement de fois ce regard. Quand on était petit, il venait s’excuser, en promettant qu’il ne recommencerait plus. Puis, naturellement, il recommençait. Et moi à chaque fois, je le croyais, et je me faisais avoir. Alors comment savoir si cette fois, il était vraiment sincère ? Si cette fois, il avait vraiment changé ? Car je ne supporterai pas un autre mensonge.
Moi : Je verrais…
Père : Commet ça « je verrais » ?! Mais fais un effort à la fin Rosa  !!
Moi : Faire un effort ?! J’en fais depuis que j’ai quatre ans des efforts ! Mais vous, jamais vous n’en avez fait !
Père : Maintenant c’en est assez Rosa !! Nous reprendrons cette discussion plus tard !
Moi : Ne commence pas à jouer le père maintenant ! Retourne à tes dessins et fous-moi la paix ! C’est tout ce que tu as toujours su faire !!
Je ne laissai pas le temps à mon père de répliquer. Je quittai le salon comme une furie, et me précipitai dans le hall d’entrée. Alors que j’ouvrais la porte d’entrée, j’entendis Alexis m’appeler. Je fis comme si je n’avais rien entendu, claquai la porte, et me mis à courir. C’était trop demandé qu’on me foute la paix ?! Mais j’entendis la porte se rouvrir, et les pas de mon frère se rapprocher. Alors que je n’étais plus très loin du portail, il me rattrapa et m’agrippa par le bras, me forçant à me retourner. Je commençai à me débattre.
Moi : Lâche-moi !
Alexis : Je t’en prie Rose, écoute-moi !
Moi : Je t’ai dit de me lâcher!
Je me défis de son emprise, mais il attrapa de nouveau mon bras, mais cette fois-ci, avec beaucoup plus de force.
Moi : Ba je vois qu’on a repris les bonnes vieilles habitudes !
Se rendant compte de ce qu’il faisait, Alexis me lâcha sur le champ. Je le regardai avec un air de défi, mais pris quand même mes distances.
Alexis : J-je suis désolé…je voulais pas
Moi : Je t’ai dit que j’allais y réfléchir, alors ne me brusque pas, sinon je risque de changer d’avis.
Il soupira, puis hocha la tête pour montrer qu’il acceptait. Je le regardai une dernière fois, puis fis demi-tour.
Il était dix-neuf heures. Il faisait nuit noire. Quelques étoiles illuminaient le ciel. Le vent s’était levé. Il faisait affreusement froid. Moi, je bouillonnais. Mes parents n’avaient fait aucun effort pour me comprendre. Malgré tout ce que je leur avais dit, ils n’avaient en tête qu’une réconciliation « officielle » pour pouvoir recommencer à chouchouter Alexis. L’histoire se répétait. Des larmes de colère et de tristesse roulaient sur mes joues. Pourquoi est-ce que j’avais une famille comme ça ? Qu’est-ce que j’avais fais pour mériter ça ? Moi, mon rêve, c’était d’avoir des parents qui me traiteraient et me regarderaient comme leur fille. Ils prendraient soin de moi, seraient là pour moi. On ferait des sorties ensemble. Et puis, j’aurais un grand-frère à qui je pourrais me confier, et passer du temps. Une famille normale quoi ! Mais au lieu de ça, j’avais des parents qui chouchoutaient leur fils aîné et qui me délaissaient. Et mon frère, était un voyou. Alors même si, par miracle, Alexis avait réellement changé, jamais mon rêve ne se réalisera totalement.  
J’errais sans but dans les rues. C’était dangereux à cette heure-ci, mais je m’en foutais. J’avais besoin de m’aérer l’esprit et de me calmer. Si l’ambiance continuait d’être si tendue à la maison, je n’étais pas sure de rester. Je suis sure que Leigh m’accueillerait pour quelques jours. Mais était-ce pour autant la solution ? Fuir le problème n’allait pas le régler. Je m’arrêtai un instant. Le vent glacial frappait mon visage avec violence. J’avais froid. J’étais fatiguée. Sans m’en rendre compte, j’étais arrivée devant la boutique de Leigh. Mon subconscient m’avait mené vers un endroit où je me sentais bien. C’est vrai que la boutique était mon petit coin de paradis. Il suffisait que je sois entourée de vêtements pour me sentir bien.
Mon regard se perdit dans le vide, tandis que mon esprit dérivait. J’étais perdue. Qu’est-ce que je devais faire ?
 
Chapitre 46: Confrontation
Je revins deux heures plus tard chez moi. La maison était calme. D’un pas décidé, je montai à l’étage. Mais au lieu de ma diriger vers ma chambre, je m’arrêtai devant celle de mon frère. J’avais pris la décision d’écouter ce qu’il avait à dire. Après…j’aviserais. Je toquai.
Alexis : Entrez !
Ça y est. Le moment est arrivé. Je pris une inspiration, avant d’ouvrir la porte et de pénétrer dans la chambre. Mon frère parut surpris de me voir. Une fois la porte fermée, je m’approchai du lit, où il était assis, un livre en main.
Moi : Je t’écoute
Alexis, comprenant que j’étais prête à écouter son histoire, posa son livre. Il m’invita d’un geste à m’assoir sur le lit, ce que je fis, en gardant quand même une certaine distance entre nous. Mon frère passa la main dans ses cheveux. Je lui laissai le temps de trouver ses mots. Il regarda au plafond en jouant avec ses mains, comme s’il ne savait pas par où commencer. Puis enfin, il posa ses yeux bleus  sur moi.
Alexis : Et bien voilà…
____________________________________________________
Coucou tout le monde! J'espère que ce chapitre vous a plu ^^
Chapitre très fort en émotion pour Rosa. On en apprend encore un peu plus sur son lourd passé. Et quelle famille...mais peut-on vraiment appeler ça une famille? Vous connaîtrez l'histoire d'Alexis dans le prochain chapitre. Je parie d'avance que certains vont dire que je suis sadique x) Et je vous répondrais non, que c'est pour le suspens. 
Gros bisous <3

Publié dans Saison 2

Commenter cet article

Tu me connais pas 31/07/2016 00:23

eh bah je voudrais bien que cette famille se reconstruit c dommage que sa ce gache a cause d'histoire de fils delinquant ,de reve, trop boulot, pas d'affections si y avait pas eux cette histoire cette famille aurait eux vie paisible est tranquille mais apres on choisit pas sa famille sinon bon chapitre mais triste :'((

Castiel- Chloé fiction AS 31/07/2016 13:56

Ouais, c'est vrai, mais après voilà, comme tu dis, on choisit pas sa famille. Merci ^^

sandra 23/07/2016 23:51

Coucou très bon chapitre hâte de lire la suite

Castiel- Chloé fiction AS 25/07/2016 19:42

Coucou. Merci ^^

Ulrich 23/07/2016 22:57

Oh non je croyais que c'etait une Fanfiction fini et que j'allait tout lire d'un coup mais en faite non -_-
Je me tape ton histoire depuis 2 jours surtout la nuit (la mort de guillaume il était 2h34 xD)
Sinon j'ai une petite question je sais pas si tu l'a déjà dit en tout cas dsl si tu l'a déjà dit mais es-tu une fille ou un mec ^_^
PS: Je veux la suite putain je croyais que t'avait tout fini et je saurais l'histoire mais non :(

Castiel- Chloé fiction AS 27/07/2016 18:04

Ah, je comprends. C'est clair x) mdr

Ulrich 25/07/2016 23:57

Je m'en doutais que t'était une fille mais avec la scène du viol de Castiel j'hésité car c'est pas toutes les filles qui font des scènes comme ça mais bon x)
J'ai hate de la suite mes nuits sont moins bien mtn^^

Castiel- Chloé fiction AS 25/07/2016 19:43

Et non, elle est toujours en cours ;) ah ouais quand même x) Je l'ai déjà dit mais c'est pas grave, je peux le redire, je suis une fille ^^

Marion Brunet 22/07/2016 22:40

Hop hop hop! C'est quoi cette fin!!! Nan mais là il aller balancer un truc super grave important de la mort le Alexis! Ta pas le droit de couper comme sa! Et puis aussi j'aimerais bien voir ce qui vas se passer entre Keycie et Chloé une fois sorti de l'hôpital! Super chapitre je kiffe trop un truc de malade! J'attend la suite! XOXO!

Castiel- Chloé fiction AS 23/07/2016 15:46

Haha et bien cette fin est là pour garder le suspens ;) Tu ne sauras donc le truc super grave important de la mort d'Alexis que la prochaine fois :p Merci beaucoup ^^ XOXO!

Daniela 21/07/2016 19:02

Ooh mais ou tu imaginer tout se histoire toi de moi tu veux faire quel matière ^*^ .la pouvez rosa mais c'est la vie je espérer que Alexis a une bonne excusé --' . CASTIEL ou fond et un Gonclemane*}* ouiiii ma bon il préfér être rebelle ==' aah enfin le voir ( enfin lire) ma coco (j'ai pas oublié sont surnom he he) bref
Ps: Mais Tes Pas bien toi tu ore peux nous laisse écoute (bon vous avez compris ) le histoire de Alexis espace de gros sadique va ( se la grondé romantique en perverse qui parlé la bon le ferme ma gueule * se pas une voulez vulgarité puis je parle a moi même non ... si... BREF *) ah et bravo pour ton chapitre comtunie comme sa dakk bisous de moi^^

Castiel- Chloé fiction AS 21/07/2016 22:31

Tu sauras son excuse au prochain chapitre ;) Il va falloir attendre un peu x) C'est clair que notre Castiel est en vérité un gros nounours ^-^ mdr Merci ^^ Bisous

Anastasia 20/07/2016 22:39

Espèce d'adorable sadique !! Tu as raison, on a dit que tu étais une sadique, mais c'est vrai que si tu nous disais tout tout de suite, il n'y aurait pas de suspens, et on ne serait pas aussi pressés de lire la suite.

Sinon, super chapitre.

Il est vrai qui l'on ne peut pas appeler ça une famille. Mais ce qui est malheureux c que des cas comme ça existe vraiment. Ma grande soeur est comme ça avec moi, mais sauf qu'elle n'est pas bagarreuse avec les autres. C qu'avec moi qu'elle est méchante, et bien évidemment ma mère ne le voit pas. Quand a mon père, c simple je n'en ai pas. Pour faire court ma situation familiale est compliquée aussi.

Hâte de lire la suite
PS : tu pense avoir une date en vu ?

Castiel- Chloé fiction AS 21/07/2016 22:28

Sadique oui, mais...adorable! C'est le plus important ^^ Ah tu vois que finalement il faut bien être un peu sadique pour garder le suspens ;) Merci ^^ Ah merde. Je suis vraiment désolé pour toi, et j'espère que ça s'arrangera. Je n'ai pas vraiment de date prévu mais je pense la semaine prochaine.

Lectrice anonyme 20/07/2016 21:25

Tu est vraiment sadique ! C'est la première chose que j'ai pensé en lisant la fin ! xD

Sinon bonsoir !!
Quel chapitre ! Aah le retour tant attendu de Chloé ! Elle nous avait manqué !
Lire le passage du récit de Rosa m'a vraiment brisé le coeur.. Comment un frère peut il faire ça?
Qu'elle famille comme tu dis !
Mon dieu comme je la plain, sa conversation avec ses parents etson ffrère était juste boulversante.
Je me demande vraiment ce que son frère va dire pour sa défense.
Dans tout les cas, ce chapitre était génial et riche en émotions ! Je suis impatiente de lire la suite !

PS: Le dessin est magnifique ! C'est toi qui l'a fait ?

Bisous :D

Castiel- Chloé fiction AS 20/07/2016 21:39

Haha qu'est-ce que je disais x) j'étais sûre de lire ça! Ouais sinon bonsoir ;) Oui, c'est sur qu'elle n'a pas eu beaucoup de chance la pauvre :/ Merci beaucoup ^^ Non il n'est pas de moi, c'est juste une image que j'ai trouvée. Bisous :D

gwendo 20/07/2016 20:40

Genial

Castiel- Chloé fiction AS 20/07/2016 21:36

Merci ^^